Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer

Réduisez le risque relatif aux retards de paiements

Publié le mardi 22 mars 2016, mis à jour le mardi 22 mars 2016
Les retards de paiement sont responsables en France de 25% des défaillances d’entreprises. Et pour cause : ces retards de paiement impactent directement le BFR des entreprises, plombent leur trésorerie et peuvent les placer dans une situation intenable. Formalisation de la relation contractuelle, formation des commerciaux, assurance-crédit : découvrez quelques méthodes pour réduire les risques liés aux retards de paiement.

La formalisation de la relation contractuelle

Cela paraît bateau, admettons-le. C’est néanmoins assez souvent négligé par les entreprises, en particulier les entreprises artisanales travaillant en B2C. Le principe est pourtant simple : tout devis doit indiquer le délai de paiement ainsi que les pénalités de retard associées à tout retard de paiement.

Il peut convenir également de faire le point avec le client, au moment de la signature du devis, en B2C comme en B2B, sur ces délais de paiement. Attirez l’attention du client sur ces derniers et rappelez, de manière sereine, claire mais ferme, qu’en cas de retard de paiement, vous pourrez légalement demander des pénalités.

Exemple indicatif : « Pour information, nos délais de paiement sont les suivants : vous devez nous régler le solde de la prestation au plus tard 30 jours après la facturation. Au-delà, nous appliquerons les pénalités de retard légales. Mais ne vous en faites pas : pour éviter cela, nous vous enverrons un mail/sms/courrier au moment de la facturation pour vous rappeler la date limite de paiement. Est-ce que cela vous convient ? »

La formation des commerciaux et l’organisation

Aussi, pour que cette approche fonctionne, il convient de former les commerciaux, de les sensibiliser à l’importance des délais de paiement, pour qu’ils ne se concentrent pas uniquement sur le CA facturé. En outre, ils doivent être impliqués dans le processus de recouvrement ! Prévention (ce que nous venons de voir), organisation et planification sont donc les clés pour limiter les risques d’impayés ou de retards de paiement.

Chaque commercial devra établir un tableau renseignant, au fur et à mesure, les factures émises et devra créer des alertes (sur son PC, son smartphones, etc.) pour effectuer des relances :

  • Rappel de la date butoir de paiement au moment de l’émission de la facture ;
  • Rappel à J-3 de l’imminence de la date butoir ;
  • 1ère relance à J+2, éventuellement, pour ne pas nuire à la relation commerciale, avec une remise des pénalités ;
  • 2ème relance à J+7, éventuellement avec remise des pénalités ;
  • 3ème relance à J+10/15 (en fonction de votre trésorerie), avec application des pénalités et information selon laquelle le recouvrement va être transmis à une société dédiée.

Vu les retards de paiement moyens des entreprises en France, vous devriez avoir reçu le règlement de la facture dans les délais, ou juste après la date butoir. Dans le cas contraire, peut-être faudra-t-il lancer une procédure de recouvrement, via une société dédiée ou via une procédure judiciaire.

L’assurance-crédit

Il existe enfin une solution certes coûteuse mais qui peut s’avérer très rentable si vous connaissez souvent des retards de paiement et/ou des impayés : il s’agit de l’assurance-crédit.

Les sociétés proposant l’assurance-crédit proposent plusieurs solutions pour vous protéger :

  • Des informations précises sur la solvabilité des entreprises clientes, en amont de la prestation, pour vous faire une idée de sa capacité à honorer ses dettes ;
  • La prise en charge de la procédure de recouvrement, dès le premier jour de retard ;
  • Le remboursement de la dette, après un délai de carence indiqué dans le contrat et le prélèvement d’une commission, également indiquée dans le contrat.

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article