L’efficience du client du point de vue bancaire

La banque dans sa stratégie commerciale comme toute entreprise cherche essentiellement à améliorer sensiblement sa rentabilité. Elle axe son développement autour de l’augmentation des produits et de la diminution des charges. Pour ce faire, le banquier se base sur une comptabilité analytique qui a connu un grand essor ces dernières années.

Le responsable du poste « client » à la banque est chargé d’effectuer une analyse détaillée de la rentabilité de chaque client entreprise. En effet, cette étude se fait sur une base trimestrielle et prend en considération les produits et les charges produites par la relation avec l’entreprise.

Ce moyen offre un développement intéressant aussi bien pour le client que pour la banque. Il permet surtout de mettre à jour la tarification des opérations ainsi que d’en écarter certaines, si elles sont considérées comme une perte de temps et d’argent.

Dans le cadre de cette analyse comptable, le banquier aura à étudier ;

 

Les produits 

Le Produit Net Bancaire se compose de ;

  • La marge d’intérêts puisée sur les crédits et sur les placements de trésorerie effectués par le client. Les banques ont une préférence prononcée aux soldes à vue non rémunérés (Le FLOAT en jargon interne). Le taux d’intérêts est souvent majoré par le jeu des dates de valeurs et par la commission de plus fort découvert.
  • Commissions ou frais de prestation pour les services rendus
    Encaissement de chèques, billets d’ordre, cartes bancaires, frais de mouvement de compte, coût trimestriel de gestion de compte, frais de dossier, droits d’entrée aux OPCVM…
    Il est important de savoir que la banque est refinancée par sa Direction Générale à des taux reconsidérés de façon périodiques. Ce refinancement concerne tous les crédits peu importe leur durée ou leur nature y compris les découverts. De ce fait, elle est en mesure de déterminer sa marge actuelle (sur les crédits en cours) et prévisionnelle pour les nouveaux dossiers. Dans la mesure où chaque banque dispose d’un dispositif de calcul propre à elle, le client a tout intérêt à négocier les conditions de prêt et de placement.

 

Les charges

 

  • Coût des opérations
    Toute opération revient à un coût déterminé qui dépend directement de l’agence en question. Le banquier aura souvent tendance à inciter le client à utiliser des moyens de paiement automatisés (cartes, LCR, prélèvements…) car leurs frais sont plus importants. En effet, le banquier poussera son client à délaisser le chèque, moyen de paiement coûteux et peu facturé, pour un usage plus large de moyens plus modernes.
     
  • Coût du risque
    La banque prête l’argent des déposants. Tout emprunt non remboursé aura un impact sur sa rentabilité.

 

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61