Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Trésorerie zéro : comment faire ?

Publié le mardi 12 février 2013, mis à jour le mardi 13 novembre 2018

Si le dirigeant doit avoir un œil partout dans son entreprise, ce qui le préoccupe constamment, c’est bien la trésorerie. Le solde de ses comptes bancaires suscitera soit stress soit soulagement chez lui. Idéalement, la trésorerie devrait tendre vers zéro. Une trésorerie positive devrait être placée et une trésorerie négative générerait des frais financiers. Comment donc gérer les flux entrants et sortants pour se rapprocher le plus d’une trésorerie nulle ?

Optimiser sa trésorerie pour la rendre nulle 

La trésorerie d’une entreprise ou d’une institution recouvre tous les avoirs et les dépenses à court terme. Une bonne gestion de trésorerie implique des ajustements réels entre les différents comptes bancaires de la société et ses filiales. Pour ce faire, le trésorier doit maintenir juste ce qu’il faut de liquidités pour faire face aux dépenses et factures et placer le surplus lorsqu’aucune échéance n’est attendue. Les 3 grands leviers d’optimisation de trésorerie sont : Le besoin en fonds de roulement, la politique de financement et le suivi de l'activité.

Vous avez besoin de réponses sur la gestion de votre trésorerie ? 

Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Une bonne gestion du BFR est capitale. Pour ce faire, il faut jongler entre le recouvrement des créances, la diminution des stocks et le règlement des fournisseurs. Ainsi, l’important sera de récupérer le chiffre d’affaire hors de l’entreprise, de transformer ses produits stockés en argent et de retarder tant que possible le paiement des créanciers. En savoir plus sur le besoin en fonds de roulement.

La politique de financement 

Vos investissements impliquent obligatoirement une sortie d’argent. Cependant, cela peut se faire par le biais de la trésorerie disponible ou par une levée de fonds (en augmentant son capital ou en contractant un empruntant à la banque). Si l’autofinancement est souvent employé, il peut s’avérer risqué. Si vous économisez les intérêts bancaires vous pourrez vous embourber avec des stocks à financer, des fournisseurs non payés ou un client ne s’acquittant pas de ses factures. Il vous faudra donc faire une étude minutieuse comportant tous les risques et les coûts potentiels avant d’opter pour un mode de financement plutôt qu’un autre.

Le suivi de l’activité

Votre stratégie d’entreprise doit tenir compte entre autres de la gestion des ventes qui dépend aussi de la fluctuation de l’activité. Ainsi en période de hausse d’activité, vos charges vont augmenter. Ils vous faudra donc suivre de près vos règlements et placer le surplus de trésorerie. si votre activité est en baisse, prenez garde car votre chiffre d’affaires est susceptible de baisser plus vite que vos charges. Quel que soit le niveau d’activité, il vous faudra vous acquitter de vos charges fixes (loyers, factures, salaires…). Vous pourrez cependant penser à les rationaliser.

En somme, il apparaît clair que la gestion de l’endettement net de l’entreprise repose en partie sur la gestion du cash disponible. A vous donc de suivre votre trésorerie de près pour ne générer aucun déséquilibre qui pourra s’avérer néfaste pour le cours de vos affaires. Et vous, à quel rythme assurez-vous le suivi de votre trésorerie ?

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article
VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61