La solitude du dirigeant de TPE : comment y remédier ?

Gestion d'entreprise • Publié le mercredi 22 juillet 2020 par Philippe ROSSI
La solitude du dirigeant de TPE : comment y remédier ?
Philippe ROSSI
Par Philippe ROSSI
Conseiller(e) Local(e) Rivalis dans le 44 Loire-Atlantique
Qu'ils aient des salariés ou non, la moitié des dirigeants reconnaissent se sentir isolé (source Bpifrance). Les causes sont plurielles : complexité de l'environnement économique, responsabilités, prises de décisions importantes, concurrence, stress... Mais cette solitude n'est pas une fatalité. Quelques conseils pour sortir de cet isolement.

Le malaise du dirigeant

La pression sur les épaules des dirigeants de TPE a toujours été très forte. En aout 2018, un article du Journal des Entreprises (édition des Pays de Loire) titrait : « Plus de la moitié des dirigeants ligériens vont mal ». Cela ne va sans doute pas s’améliorer dans la situation actuelle…

Quelles sont les difficultés éprouvées par ces dirigeants ?

  • La difficulté d’avoir une vision stratégique,
  • L’impossibilité de se dégager des tâches quotidiennes,
  • La difficulté à anticiper,
  • La difficulté à déléguer, à lâcher prise,
  • Les relations avec les salariés…

L’effet loupe de la crise sanitaire

En ces temps de crise sanitaire, tout ceci reste d’actualité et s’aggrave même avec l’impossibilité d’envisager l’avenir très proche, avec de nouvelles contraintes sanitaires, de nouvelles tendances de consommation… Cette crise nous projette peut-être à l’aube d’un grand changement des mentalités, des consommations, des modes de vie. Pour autant, il faudra toujours une activité économique !

Mais comment demander au dirigeant de TPE de l’imaginer, lui qui manque de temps pour réfléchir, analyser, se projeter ; lui qui est sur tous les fronts, toujours dans l’action et le mouvement ?

Savoir s’arrêter pour mieux repartir

Anticipation, vision stratégique… quand vous êtes-vous « arrêté» pour la dernière fois ? Peut-être avez-vous un sentiment de culpabilité si vous n’êtes pas à votre entreprise physiquement ou mentalement ? Et pourtant, c’est souvent à la faveur d’une discussion, d’un voyage, d’une rencontre impromptue que surgissent des idées, des solutions, des innovations.

Je me souviens d’un restaurateur que je suivais en co-pilotage RIVALIS ; le nez dans le guidon, il ne voyait pas que son établissement perdait de la vitesse. Il restait des heures dans son restaurant, sans résultat. Fatigué, aigri, de mauvaise humeur, le cycle infernal se refermait sur lui. Quelle n’a pas été sa désapprobation quand je lui ai dit de fermer son établissement lors d’un week-end prolongé et de partir quelques jours en famille… 

Malgré tout, il est parti ! Et tout lui a semblé plus évident à son retour ! Il avait vu des restaurants qui mettaient en place certaines choses qui lui ont plu et qu’il a appliquées. Il était reposé, il avait l’esprit plus clair, plus vif, plus neuf… car pendant le temps d’un week-end, son esprit avait pu penser à autre chose !  Voir, observer, sentir, les tendances, les consommateurs, se situer lui aussi en tant que client, faire marcher son esprit critique…

Déléguer, ça s’apprend !

Délégation, lâcher-prise, « prise de tête »… Le dirigeant est dans l’action, continuelle, perpétuelle. Seul, sans salarié, la délégation peut s’avérer difficile, bien qu’il puisse toujours faire appel à des experts de terrain (secrétariat indépendant, conseil en gestion…). Mais parfois, le dirigeant a des salariés avec lui… auxquels il ne pense pas toujours comme à une équipe.

Impliquer les salariés

Si on l’interroge, il ne les trouve pas assez impliqués, ni conscients des enjeux, des dépenses, alors pas question de déléguer ! Mais a-t-il tenté d’expliquer à ses équipiers tous les tenants et aboutissants de l’entreprise, de leur entreprise ?

J’ai bien dit « équipiers » comme ceux que l’on recrute pour un voyage au long cours et qui, si le bateau coule, sont embarqués avec vous. Alors si vous les considérez comme cela, ils seront vos meilleurs alliés. Vous ne leur passerez pas les commandes du navire, non, vous continuerez à donner les ordres, mais expliqués, argumentés et partagés. Alors avec ce management, vous verrez que vous pourrez lâcher-prise, déléguer, ils en seront fiers, feront en sorte d’être dignes de votre confiance et vous étonneront par leur responsabilité et leur implication !

Ainsi vous pourrez vous ménager des temps de réflexion qui vous aideront à avoir des visions stratégiques… et la vision ne vaut que si elle est partagée… La boucle est bouclée !

La solitude, ça n’existe pas !

Alors, non, le dirigeant d’entreprise n’est pas seul… Entreprises concurrentes ou entreprise « collègue » ? Réseautage ? Simples salariés ou équipiers ?  « Conseilleur » ou co-pilote ? Tout ceci est une question de posture et d’aptitude à s’entourer des bonnes personnes.

Posez-vous LA question : qui emmèneriez-vous sur votre navire ?


Avez-vous déjà souhaité avoir une personne d’expérience, de confiance, que vous pouvez appeler à chaque interrogation et sur qui vous pouvez vous appuyer pour prendre une décision ? Cette personne, c’est votre Conseiller Personnel Rivalis. Les dirigeants accompagnés par Rivalis ont amélioré leur sérénité de 71% en moyenne ! Pourquoi pas vous ?


Cette fiche répond-elle
à votre question ?

À lire également

Pour rompre la solitude du dirigeant : réseautez !
Gestion d'entreprise
Le 28 Mars 2019

Pour rompre la solitude du dirigeant : réseautez !

La solitude des patrons de petites entreprises
Entreprise en difficulté
Le 3 Juin 2016

La solitude des patrons de petites entreprises

Patrons dans l'impasse : ne restez pas seuls
Entreprise en difficulté
Le 16 Novembre 2015

Patrons dans l'impasse : ne restez pas seuls

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61