Comment cette menuiserie est sortie d’une situation catastrophique en 3 ans ?

Cas pratiqueArtisan • 34 Hérault
Publié le mardi 12 janvier 2021 par Christophe Duboin Bidet
Christophe Duboin Bidet
Par Christophe Duboin Bidet
Conseiller(e) Local(e) Rivalis dans le 34 Hérault

Je suis Christophe Duboin Bidet, j’accompagne les patrons du Languedoc-Roussillon depuis début 2016.Je souhaite vous apporter mon expérience vécue de février 2018, à ce jour, au travers de l’accompagnement d’une menuiserie collaborative.

Le constat

Le concept

En 2017, j’ai rencontré 2 codirigeants lors d’une réunion BNI ; ils en étaient au stade de réalisation de leur projet.

J’ai de suite senti que ce projet était novateur, et que les codirigeants avaient en eux la « niaque » !

Tel que présenté lors de la minute donnée à chaque invité : un espace de 700 m² destiné à la menuiserie, équipé de machines de pointe et ouvert aux particuliers et aux professionnels.

Le lieu a vu le jour en septembre 2017, avec un capital social de 14 500 € et 15 associés.

Les difficultés

En l’espace de 6 mois, la situation financière de La Menuiserie Collaborative était devenue catastrophique. Plusieurs raisons à cela :

  • Un prévisionnel de trésorerie inexistant
  • Une avance de trésorerie insuffisamment prévue
  • Un loyer exorbitant pour les locaux 
  • Un nombre insuffisant de clients 
  • Des tarifs peu adaptés
  • Des investissements considérables (> 250 000 €)

En février 2018, je suis contacté pour suivre le développement et je réponds : présent !

LES OBJECTIFS

Analyse de la situation

Le business plan de La Menuiserie Collaborative (La MCo) avait été construit par un des organismes « tutélaire » et a permis d’obtenir les prêts et subventions… Mais le business plan était très complet, en fait trop complet ! Il n’a jamais été compris par les codirigeants

De plus, le business plan introduisait notamment des entrées de clients professionnels et particuliers et des tarifs inadaptés : il n’était pas réaliste.

Conseil : si vous vous faites accompagné·e par un professionnel dans la création de votre business plan, assurez-vous qu’il soit compréhensible. Vous devez savoir où se situent les points de surveillance.

Mise en place d’un audit 

Suite à de tels résultats, un audit s’impose afin de faire un point sur l’état actuel de la trésorerie de l’entreprise.

Grâce à des financements et prêts, La MCo a réussi à investir dans les équipements de pointe dans ce milieu, permettant à chacun d’y trouver son bonheur !

Mais, ils n’ont pas anticipé le fait que cela ne démarrerait pas sur les chapeaux de roues, et qu’il fallait prévoir les premiers mois en trésorerie… Conclusion : la trésorerie était à sec ! Et avec une dette qui avoisinait les 280 000 €, se décomposant en dettes réelles et dettes à venir, je leur ai conseillé de se placer en redressement judiciaire.

LE DISPOSITIF

Le redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire, lorsqu’elle est acceptée par le Tribunal de Commerce, nécessite :

  • De faire une note de présentation reprenant le pourquoi la société en est venue à demander cet état de fait
  • D’établir un prévisionnel sur 3 ans
  • D’exprimer les solutions de développement de la société

Elle permet de geler la situation des créanciers à ce jour, tout en garantissant la pérennité de la société.

Le plan de redressement

Une fois acceptée, il faut prévoir un plan de redressement qui peut aller au maximum sur 10 ans et éventuellement avec une progression des remboursements. Ainsi, dans le cas de La MCo nous avons proposé au Tribunal de Commerce un remboursement progressif des dettes sur 10 ans, à raison de :

  • 5% durant les 2 premières années,
  • 7,5% durant les 2 années suivantes,
  • 10% durant les 2 années suivantes,
  • 12,5% sur les 2 années suivantes,
  • 15% sur les 2 dernières années.

Ce plan de redressement a été accepté par le Tribunal de Commerce le 12 octobre 2018, par la présentation d’une évolution saine du chiffre d’affaires de La MCo et de ces projets.

J’ai participé, en tant que conseil, à toutes les séances au Tribunal de Commerce de Montpellier, aux visites chez le Mandataire Judiciaire et aux visites chez le Président du Tribunal de Commerce.

Le Tribunal de Commerce avait mis une condition pour que nous soyons éligibles à un plan de continuation : il fallait que nous puissions obtenir de la part de nos clients 65 000 € d’augmentation du Capital Social ! Pour rappel, le capital social à l’origine n’était que de 14 500 €. Dans la réalité des faits nous avons réussi à engranger 78 000 € !

Pandémie COVID 19

Au mois de février 2020 La MCo réalisait 18 583 € HT de chiffre d’affaires, atteignant son seuil de rentabilité !

Les 3 mois suivants, en plein confinement, ont nécessité d’anticiper la baisse drastique du CA mensuel, un report des convocations au Tribunal de Commerce, des allégements de charges auprès des utilisateurs, …

Fermeture du plan de redressement

Grâce à l’accompagnement Rivalis, le 12 octobre 2020 le Président du Tribunal de Commerce nous annonce que nous sortons du Plan de Redressement, avec l’acceptation du plan de remboursement de la dette, sur 10 ans, incluant une progression des remboursements annuels.

Une histoire qui n’est pas prête d’être achevée !

               

Les résultats

En 2 ans et demi d’accompagnement, La MCo a été prise en main :

  • Evolution du nombre de clients → 10 fois plus de clients particuliers et 5,7 fois plus de pros 

  • Élargissement des prestations → ferronnerie, gravure, tapisserie, vannerie, restauration, aménagement de camping-car ou encore formation…

  • Embauche de 3 personnes

  • Ajustement des tarifs pour augmenter le CA → Avec intégration d’abonnements pour les locations d’espaces, de machines, de bureaux

  • Augmentation des actionnaires → Passage de 15 à 130

  • Sortie du plan de redressement et acceptation du plan de remboursement


Obtenez un RDV gratuit

avec l'un de nos 654 Conseillers locaux présents partout en France et DOM-TOM

Prosperine

À lire également

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61