Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Les 7 erreurs à ne pas commettre dans son business plan

Publié le mercredi 16 septembre 2015, mis à jour le mardi 18 septembre 2018
On vous en parle dans ces colonnes en long en large et en travers : le business plan est primordial pour convaincre des investisseurs ou des banquiers de vous suivre dans la création de votre entreprise. Mais pour cela le business plan doit répondre à des exigences précises. Voici les 7 erreurs à ne surtout pas commettre pour rédiger son business plan.

Si le fond compte, la forme aussi

Eh oui : votre business plan doit être lu, compris et accepté par des tiers (investisseurs, banquiers, partenaires potentiels, etc.). Dès lors, sa forme doit être impeccable : pour donner une bonne image de vous et de votre projet, pour être compris rapidement, pour être convaincant.
Aussi, dans la forme, voici quelques points importants :

  • La qualité de l’expression : quelques fautes sont acceptables, personne n’est parfait et un business plan se rédige dans une période clé de la création d’entreprise ; personne ne vous en tiendra rigueur. En revanche, des phrases qui ne veulent rien dire, des phrases de 10 lignes et des fautes à la pelle discréditeront considérablement votre projet ! Faites donc relire votre business plan par des proches ou des professionnels de l’écriture pour vous assurer de la qualité de l’expression.
  • La longueur du business plan : un business plan ne doit pas excéder 20/30 pages. S’il est trop long, que vous vous laissez aller sur certains aspects peu intéressants pour votre investisseur, non seulement vous diluez son intérêt et risquez de perdre son adhésion, mais en plus vous donner l’image de quelqu’un qui est incapable de synthétiser, d’aller à l’essentiel !
  • Un business plan trop technique : votre business plan s’adresse à des professionnels de la gestion d’entreprise, pas des techniciens ou des ingénieurs spécialisés dans les objets connectés ! Évitez donc de vous lancer dans de longues explications techniques sur la valeur ajoutée de votre projet. Soyez pédagogue et clair pour qu’un néophyte puisse vous comprendre. Là encore, pensez à faire relire par des proches.
    Les graphiques sans explications : c’est comme à l’école, un graphique ou un exemple doivent être explicités pour être compris et justifier leur place dans votre démonstration !

Bâcler l’étude de marché

L’étude de marché est au cœur de votre business plan, et pourtant, de trop nombreux créateurs d’entreprise la bâclent, voire l’évacuent. C’est tragique. Car c’est l’étude de marché qui, en grande partie, légitime la pertinence de votre projet ! On ne vous le dira donc jamais assez : peaufinez votre étude de marché, passez-y le plus de temps possible ; elle est la clé de votre business plan.

Bâcler le modèle économique

Le modèle économique (ou business model pour les amateurs d’anglicismes) est le deuxième point le plus important de votre business plan. C’est lui qui explique COMMENT vous allez gagner de l’argent. Qui fait quoi, pourquoi, comment, avec quelles retombées, etc. Voilà à quelles questions doit répondre la présentation de votre modèle économique. Un modèle économique bâclé/fantaisiste/pas clair/etc. n’aura qu’un seul effet : vous faire perdre votre financement…

Mal présenter son positionnement marketing

Dans la même logique, il est important d’expliquer comment vous allez vous insérer sur un marché. Éviter le coup classique : « le marché dans lequel je m’inscris représente X millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Je compte en capter au début juste un tout petit pourcentage, donc je vais réaliser X euros de CA la première année. » C’est évidemment absurde et, surtout, incomplet : vous n’expliquez pas COMMENT vous allez capter même ce tout petit pourcentage… Utilisez votre étude de marché, oui, mais pour construire une stratégie d’acquisition de parts de marché ! Pas pour élaborer des projections fantaisistes.

Ce n’est qu’à ce prix que vous pourrez d’ailleurs élaborer des prévisions financières fiables, réalistes et compréhensibles.

Se rater sur la présentation de l’équipe

Passer rapidement sur l’équipe ou au contraire en faire des tonnes sur l’excellence de votre équipe relèvent du même genre d’erreur : oublier que les investisseurs regardent attentivement qui va participer au lancement de l’entreprise. Car cela détermine en grande partie sa réussite. Allez à l’essentiel, présentez objectivement, et toujours en rapport avec le projet, les compétences des membres de l’équipe. N’en faites pas trop, ni trop peu. Soyez une fois encore clair et pédagogue.

Oublier les concurrents

De nombreux créateurs d’entreprise pensent qu’il n’est pas nécessaire de présenter les concurrents, d’autres pensent que, de toute façon, leur projet est tellement mieux que les concurrents vont se faire étaler, d’autres enfin ont tout simplement oublié qu’ils allaient s’inscrire dans un marché… qui comporte des concurrents !

C’est une erreur colossale : un marché est composé d’acteurs, parmi lesquels les concurrents sont certainement les plus importants. Car c’est à eux, leurs stratégies, leurs réussites et leurs échecs que vous devrez faire face au quotidien en tant que chef d’entreprise. Vous devez donc montrer que vous les connaissez et que vous connaissez leurs forces et leurs faiblesses. In fine, cela doit vous permettre de développer une stratégie pour trouver votre place sur le marché.

Oublier les freins à votre développement

Dans la même logique, vous ne devez pas oublier que le développement d’une entreprise ne coule pas de source ! Vous allez rencontrer des freins (techniques, légaux, marketings, etc.). Vous devez au maximum les anticiper pour montrer au destinataire du business plan que vous savez comment réagir face à ces contraintes !

    Publicité

    Soyez le premier à commenter cette article