Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer

Reprendre une entreprise en difficulté : 3 conseils

Publié le lundi 12 octobre 2015, mis à jour le lundi 12 octobre 2015
Si le rachat d’entreprise en difficulté peut paraître une bonne affaire en raison du prix d’achat souvent très bas de ces structures, il est impératif de savoir que la reprise d’entreprise en difficulté demande rapidité, précision et investissement important. Voici 3 conseils pour reprendre une entreprise en difficulté.

Ne pas se précipiter

Pour reprendre une entreprise en difficulté, il faut être extrêmement réactif pour analyser l’entreprise et faire une offre en généralement moins d’1 mois ! Et c’est bien souvent là que certains repreneurs commettent des erreurs : mus par leur intuition et la certitude qu’ils ont de faire l’affaire du siècle, ils font une offre et se lancent sans avoir eu le temps d’approfondir l’audit de l’entreprise et le business plan de reprise.

C’est la pire des erreurs : si vous n’avez pas réussi à réaliser l’audit et le business plan de reprise dans les délais impartis, abandonnez le projet ! En effet :

  • D’une part une entreprise en difficulté peut présenter des vices cachés (dettes cachées, problèmes d’image de marque, problèmes internes d’organisation, problèmes avec le personnel, investissements médiocres, etc.) dont certains peuvent avoir un impact déterminant sur la réussite du plan de reprise ;
  • D’autre part, avant de reprendre, il faut avoir pu analyser précisément les raisons de la défaillance et les solutions que vous proposez d’apporter pour redresser l’entreprise, sans quoi vous risquez d’aller droit dans le mur.

S’entourer d’une équipe d’experts

C’est justement pour pouvoir réaliser à temps l’audit de l’entreprise en difficulté à reprendre et le business plan de reprise qu’il est fortement conseillé de s’entourer d’une équipe d’experts qui seront sur le pied de guerre pour effectuer ces tâches. Idéalement, ce sont même eux qui, sur la base des envies que vous avez exprimées, procèderont à la présélection des entreprises en difficulté potentiellement intéressantes.

L’avocat pourra se concentrer sur les aspects juridiques de la reprise ; l’expert-comptable sur l’audit approfondi et un éventuel consultant sur la transition avec les salariés, les fournisseurs, les clients, etc. Quant à vous, vous pourrez de ce fait vous concentrer sur les entretiens avec le dirigeant, le personnel, les fournisseurs, les banquiers et sur la stratégie de redressement.

Accepter de solliciter beaucoup de ressources

On ne reprend pas une entreprise en difficulté parce que c’est une bonne affaire mais parce que l’on pense, parce que l’on a la preuve qu’elle peut devenir une affaire florissante. Dès lors, reprendre une entreprise en difficulté implique d’investir énormément de ressources :

  • Financières : les banques prêtent plus difficilement pour un projet de rachat d’entreprise en difficulté que pour le rachat d’une entreprise en pleine forme ;
  • Personnelles : une entreprise en difficulté demande un nouveau dirigeant investi à 100% puisqu’il devra reconquérir un portefeuille client, reconquérir des fournisseurs, reconquérir les salariés, développer de nouvelles offres, développer une nouvelle organisation, etc.

Voilà pourquoi un consultant extérieur peut être un véritable atout lors de la reprise : il peut devenir une sorte de ras droit temporaire, d’auxiliaire présent dans le but de faciliter cette transition, de l’accompagner pour permettre au chef d’entreprise de se concentrer sur certains aspects clés.

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article