Reprendre une entreprise en difficulté : une opération de longue haleine

Entreprise en difficulté • Publié le mercredi 12 décembre 2012
Reprendre une entreprise en difficulté : une opération de longue haleine

Il arrive que des entreprises en difficultés soient mises sur le marché, généralement pour permettre le redressement de la situation… ou pour sauver les meubles pour l’ancien patron ! Si ces entreprises à reprendre paraissent bien souvent être de bonnes affaires, en raison de leur prix généralement bas, rien n’est moins sûr. Risques élevés, cadre de la reprise très strict, délais courts : découvrez le parcours du combattant pour reprendre une entreprise en difficulté.

Attention au phénomène de l’iceberg

Quand une entreprise est en difficulté, elle l’est généralement plus que ce que l’on voit/sait ! Il y a bien souvent une part importante des problèmes et difficultés rencontrés par l’entreprise qui est cachée. A vous de découvrir cette partie immergée de l’iceberg.

Vous devrez donc analyser les dettes fournisseurs, les dettes sociales, les dettes fiscales : car en cas de reprise, vous reprenez également les dettes !

Dans le même style, il est fréquent que l’atmosphère de travail soit extrêmement délétère : les salariés sont démotivés voire sur la défensive ou même sous très haute tension, des tensions peuvent également être présentes avec des fournisseurs lésés et des clients, etc.

Parfois, pour maintenir l’entreprise hors de l’eau, l’ancien patron a pu prendre des décisions contre-productives : baisse de la qualité, utilisation de matières premières low cost, etc.

Il peut résulter de ces tensions un problème d’image de marque. Vous devez donc :

  • Faire une étude de notoriété pour savoir si les difficultés rencontrées par l’entreprise n’ont pas eu un impact défavorable sur l’image de l’entreprise auprès de ses clients et de sa cible.

  • Rencontrer obligatoirement les salarié, les délégués syndicaux quand il y en a, et également les fournisseurs et partenaires pour faire le point avec eux sur vos objectifs… et établir une photographie détaillée de l’entreprise !

Certaines entreprises en difficulté ne peuvent pas être sauvées !

Aussi, vous devez accepter que, peut-être, le travail d’analyse, de recherche que vous allez mener sera vain. Il est possible qu’à l’issue de cette étape préalable, vous vous rendiez compte que le projet n’est pas rentable.

Vous devez donc analyser les raisons de la défaillance de l’entreprise :

  • Mauvaise gestion,

  • Mauvaise passe commerciale,

  • Problèmes de management,

  • Désuétude de l’appareil de production,

  • Érosion inexorable du marché,

  • etc.

Ce n’est qu’au prix d’une telle analyse que vous saurez si vous pouvez redresser l’entreprise ou pas. Et si, à l’issue de cette analyse, vous vous rendez compte que le jeu n’en vaut pas la chandelle voire que l’entreprise est « insauvable », alors laissez tomber et allez voir ailleurs.

Il faut être rapide et efficace

Plus vous traînez, plus la situation de l’entreprise à reprendre s’aggrave et moins votre analyse est pertinente puisqu’elle porte sur un état ancien de l’entreprise. Quand on veut reprendre une entreprise en difficulté, le temps joue contre soi.

Un accompagnement indispensable

Outre les délais courts pour réaliser des études approfondies de la situation, du marché, etc., dans la mesure où le meilleur moment pour reprendre une entreprise en difficulté est situé autour du dépôt de bilan (avant, pendant le mandat ad hoc, ou après, pendant le redressement judiciaire), il vous faut avoir une maîtrise parfaite de la législation concernant la reprise d’entreprise dans de tels cadres très stricts. Il est donc fortement recommandé de s’entourer de spécialistes de la question qui s’occuperont de la conformité de votre offre de reprise.


Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61