Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

A quoi servent les certifications d’entreprise ?

Cela fait maintenant déjà plus de 20 ans que la France est entrée dans une logique d’assurance de la qualité. Cela s’est fait notamment à la fin des années 80 par la création de l’AFAQ, l’association française pour l’assurance de la qualité. Et aujourd’hui, les certifications se multiplient. Mais au juste, à quoi servent-elles ? Combien coûtent-elles ? Eléments de réponse.

Certification d’entreprise : définition

Le principe d’une certification est de donner aux clients d’une entreprise une assurance sur la qualité. C’est-à-dire que la certification prouve, témoigne, établit que l’entreprise certifiée (ou le personnel certifié) répond, pour certains de ces aspects/procédures/produits/services/etc. à un certain référentiel.

Cette certification s’appuie sur une trinité :

  • L’organisme de normalisation qui établit le référentiel
  • L’organisme de certification qui évalue l’entreprise et délivre la certification
  • L’entreprise demandeuse de certification

On l’entrevoit donc : la certification pose un problème. D’une part sa valeur dépend à la fois du référentiel et de l’organisme de certification. D’autre part, une certification n’est pas un label et ne renseigne donc pas sur la qualité finale d’un produit ou service, mais bien sur la qualité des procédures, ou à tout le moins leur conformité à un référentiel considéré comme établissant la qualité des procédures.

  • Label : juge et valide la qualité du produit/service final
  • Certification : juge et valide la qualité des procédures

Ceci étant dit, il est évident que l’obtention d’une certification offre un avantage concurrentiel à l’entreprise : même si cette certification ne juge pas de la qualité de la prestation fournie, elle indique d’une part que l’entreprise certifiée est lancée dans une démarche non seulement de qualité, mais également d’évaluation et d’assurance de la qualité. Cela signifie en outre qu’elle tâche de se conformer à des procédures de références, faisant autorité au niveau international. Et de fait, il est généralement nécessaire, pour obtenir une certification, de suivre une formation avant de passer l’examen de certification : vu le coût de l’examen (entre 400€ et 1 200€ tout de même !), il vaut mieux y être préparé !

Une certification rassure toujours le client final en lui indiquant le sérieux de la démarche de l’entreprise. En outre, la formation et l’examen peuvent être très bénéfiques, par eux-mêmes, pour l’entreprise en ce qu’ils lui apportent des connaissances supplémentaires et peuvent permettre d’améliorer les procédures.

ISO, AFNOR, Qualibat, CE, NF, etc. : kezaco ?

Dans le monde de la certification, on aime les acronymes, ça fait plus sérieux… Le problème, c’est qu’il est parfois difficile pour le chef d’entreprise qui a le nez dans le guidon d’y voir clair dans tout cela.

  • ISO = International Organization for Standardization. C’est l’équivalent de notre Afnor national. C’est l’organisme qui élabore des référentiels (tel que le fameux ISO 9001) reconnus à l’échelle internationale.
  • Afnor : Association française de normalisation. L’équivalent français de l’ISO. A cette différence près que l’Afnor cumule les casquettes et est également organisme de certification.
  • Qualibat : un ensemble de référentiels dédiés au bâtiment permet de valider les procédures et techniques d’artisans du bâtiment.

CE, NF : ne sont pas des certifications à proprement parler. Tous les produits doivent être CE et NF ! Il s’agit de repère pour les agents de contrôle émanant des administrations, pas de gage de qualité pour les consommateurs.

Qui certifie quoi ?

Il existe de très nombreuses certifications et de très nombreux organismes certificateurs. Il est difficile d’en faire le tour. Ceci dit, d’une manière générale, même si la non-accréditation de l’organisme ne signifie pas qu’il n’est pas sérieux, il est toujours préférable, pour plus d’efficacité marketing également, de ne sélectionner que les certifications issues de référentiels connus et reconnus (ISO ? Qualibat, etc.) et de choisir des organismes certificateurs accrédités.

Si vous souhaitez vous renseigner sur les certifications et être mis en relation avec des certificateurs accrédités, n’hésitez pas à utiliser le service rapide de mise ne relation de Petite-entreprise.net.

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article