Marchés bancaires : la performance des banques

Une banque maximise son profit défini comme l’écart entre les intérêts reçus sur crédits et les intérêts versés sur les dépôts et aux titres de refinancement (dû aux fuites en monnaie centrale).

Une telle approche est relativement simple, en univers certain, quoi que le calcul du coût moyen des ressources puisse se révéler fastidieux vu leur diversité (Fonds propres, marchés obligataires, marchés internationaux…etc)

En univers incertain, les problèmes se compliquent car les banques ne connaissent pas les quantités de crédits qui seront effectivement distribués ni la configuration des dépôts.

Il devient alors nécessaire d’introduire des hypothèses relatives à l’élasticité de l’offre et de la demande de crédits aux taux d’intérêt et de la demande de  crédits aux taux d’intérets.

Dans ce cadre, la détermination du taux de base bancaire, doit prendre en compte non seulement le taux du marché monétaire mais aussi le coût moyen des dépôts et les variables qui ne sont pas des taux d’intérêt. Parmi celles-ci, on retrouve les frais généraux de fonctionnement de la banque qui sont présentés par le coût opératoire de distribution des crédits et l’éventuelle pression institutionnelle sur la fixation du taux de base bancaire. Ces deux variables constituent deux éléments importants. Il est à noter que le rôle de la variable institutionnelle n’est pas toujours valide.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61