Problèmes de trésorerie : mieux vaut prévenir que guérir

Problèmes de trésorerie : mieux vaut prévenir que guérir

Création d'entreprise • Publié le vendredi 16 janvier 2015, mis à jour le mercredi 14 juin 2017

Les liquidités dont dispose toute entreprise en caisse ou dans ses comptes bancaires représentent sa trésorerie. Une bonne gestion de trésorerie tend à faire tendre cette dernière vers zéro de telle sorte à ce que les encaissements et les décaissements mensuels soient équilibrés. En cas de décalage du fait que les sorties d’argent dépassent les entrées d’argent, on commence à parler de problèmes de trésorerie. Si ces décalages sont non résolus et se prolongent dans le temps, ils risquent de sérieusement nuire à l’équilibre financier de la trésorerie. Qu’est ce qui génère donc ces difficultés, est-il possible de les prévoir et comment y remédier ?

Origine et raisons de ces difficultés de trésorerie

Tous les secteurs d’activité sont concernés par la gestion de la trésorerie. Que vous soyez dans la vente de produits ou la prestation de services, vous devez faire face à des délais de paiements à percevoir ou à régler. Les entrepreneurs doivent jongler en permanence ente les charges et dépenses d’un côté et les recettes et les bénéfices de l’autre, le tout au rythme des factures des fournisseurs et des créances des clients.

Les dirigeants sont ainsi souvent confrontés à des situations où ils sont dans l’obligation d’avancer de l’argent avant d’être en mesure d’en générer. C’est là qu’un des moteurs de la trésorerie prend toute son importance : le calcul des besoins en fonds de roulement (BFR).

Ces fonds sont ainsi les besoins financiers requis pour le lancement du cycle d’exploitation de toute structure. C'est-à-dire que toute entreprise avant même d’être en mesure de faire de l’argent, doit s’acquitter de certaines charges fixes qu’elle devra quantifier pour chercher les sources de financements adéquates. Il importe ainsi de faire le tour de tous ses besoins et de prévoir relativement large pour ne pas sous estimer les financements nécessaires et évaluer au juste les crédits et solutions bancaires à prévoir. Une sous évaluation du BFR peut sérieusement déséquilibrer et affaiblir votre trésorerie.

Sachez que pour tout besoin, il existe un type de financement correspondant. Si vous investissez sur du long terme, financez sur du long terme. Si vous avez des projets à court terme, postulez pour des crédits à court terme. Ne faites pas de faux calculs par peur de vous endetter, les crédits sont souvent une solution avantageuse même en cas de suffisance de fonds personnels. Ces derniers sont mieux placés si les taux sont bien avantageux.

Les impayés sont également une source de souci majeur en gestion de trésorerie. Ces derniers étant difficilement prévisibles en termes de durée, il n’est pas toujours aisé d’y faire face, surtout si la trésorerie est préalablement affaiblie. Même s’il n’est pas toujours évident de se prémunir contre ce genre d’imprévus, certaines assurances existent.

Si vous voulez assurer la pérennité de votre entreprise, évitez certains amalgames dévastateurs, comme celui par exemple de confondre chiffre d’affaire et rentabilité. En effet, un bon chiffre d’affaire même en nette hausse ne prémunit en rien contre une trésorerie défaillante. Ne vous reposez donc jamais sur vos lauriers et ne perdez jamais de vue les fluctuations de votre trésorerie.

Conseils et solutions pour remédier aux problèmes de trésorerie

Dans tout démarrage de projet ou exercice d’activité, pour ne pas avancer à l’aveugle, il est primordial et nécessaire de faire des prévisionnels. Le plan de trésorerie prévisionnel est indispensable pour récapituler tous les besoins financiers de l’entreprise et anticiper sur les moyens à déployer en cas de lacunes prévues ou de défaillance prédéfinie. Le prévisionnel de trésorerie comporte donc la situation mensuelle de votre trésorerie et consigne la situation jour par jour de vos comptes. Comme tout document prévisionnel, le plan de trésorerie doit être établi dès la phase projet de la structure et tout au long de son existence. Il doit être consulté fréquemment pour vérifier qu’on colle de près aux objectifs fixés et pour le mettre couramment à jour et l’actualiser à l’évolution d’activité de l’entreprise.

En termes de prévisions, il ne faut pas occulter les différents délais de paiement qui impactent lourdement vos projections chiffrées si ils ne sont pas pris en compte. Pour les risques d’impayés, il existe des assurances spécifiques vous permettant d’assurer vos arrières vis-à-vis d’un ou de plusieurs de vos clients. Ce recours est d’autant plus conseillé pour les entreprises travaillant dans des secteurs qualifiés à risque et dont une grande partie de leur chiffre d’affaire repose sur quelques clients importants. Il importe donc de maintenir une communication continue avec votre banque dans ce sens pour que d’une part, il puisse vous proposer les garanties qui s’imposent et d’autre part, qu’il soit averti de ce genre d’imprévus pour qu’il puisse vous suggérer comment passer le cap. Certes, tout ceci a un coût, mais c’est le prix à payer pour travailler en minimisant la part de risque et ainsi avancer aussi sûrement que prudemment.

Il apparaît de tout ce qui précède, que le banquier est un acteur clé pour combler les problèmes de trésorerie et ce à plus d’un titre. Il est ainsi l’interlocuteur de choix pour accompagner l’évolution de votre structure hormis tous les professionnels de l’entreprise qui vous accompagnent à un niveau interne. En effet, en fonction de chaque situation déficitaire, le banquier pourra vous conseiller entre un large éventail de facilités et de services bancaires. De l’escompte, au découvert, en passant par l’affacturage ou la facilité de caisse, votre banquier sera en mesure de vos conseiller et de négocier avec vous les conditions d’application de la solution qui vous corresponde le mieux.

En ce qui concerne vos comptes bancaires, consultez-les régulièrement pour évaluer les fluctuations de votre trésorerie et vérifier que vos paiements sont bien effectués ou encaissés.
Lors du démarrage d’activité, soyez plutôt modeste en terme de rémunération personnelle, il s’agit d’abord de consolider votre activité avant de se remplir les poches à proprement dit.

En règle générale, on peut dire qu’impondérables, imprévus et décalages sont plus rapidement résolus ou amortis si des prévisions antérieures ont été établies. Que ce soit en termes de stocks, de postes clients ou de fournisseurs, plus on est dans la prévision et l’anticipation, plus on est à même de faire face aux décalages et points de faiblesse. C’est ainsi que dans le monde de l’entreprise, il est plus prudent et mois coûteux de prévenir que de guérir.



Vous avez un besoin en trésorerie ? Fabrice vous répond ! 


Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61