3 solutions clés pour trouver du cash

Création d'entreprise • Publié le jeudi 22 novembre 2012

Les liquidités sont la nécessité de base pour le fonctionnement de la trésorerie de toute entreprise. Entre l’affacturage ou le crédit à court terme, les outils de financement des besoins en cash présentent des spécificités différentes. Quelles sont donc les conditions propres à chaque solution et comment faire son choix pour sélectionner l’option qui correspond le mieux à la situation de sa société ?

Le découvert bancaire

Cette alternative présente l’avantage de la souplesse vu qu’elle ne coûte rien lorsqu’on ne s’en sert pas.

Le découvert est un moyen permettant de consommer dans la limite de ses besoins sans générer de frais supplémentaires. Négocié entre l’entreprise et le banquier et accordé par ce dernier, le découvert n’exige aucune créance, raison pour laquelle on l’appelle « crédit blanc ».

Seulement voilà, son coût demeure relativement élevé. Ce crédit à court terme présente un taux de 6.60% qui est le taux bancaire de base fixé en fonction du marché monétaire. Il faut savoir que le crédit est soit autorisé soit exceptionnellement accordé par votre banquier selon des conditions prédéfinies. Sachez qu’il vaut mieux être vigilant sur les agios ainsi que les diverses commissions notamment sur le plus fort découvert qui sera appliqué chaque mois à votre solde débiteur le plus important.

L’escompte

L’escompte est considéré comme étant la solution la plus économique dans la mesure où elle consiste à transformer des effets de commerce en argent disponible. Cette alternative est tributaire d’un effet de commerce (lettre de change, traite…) signé par votre client pour que vous bénéficiez en contrepartie du même montant crédité sur votre compte par votre banquier et ce dans les 48 heures.

Il faut savoir que le taux bancaire de base sera majoré en fonction des risques encourus. Contrairement à une simple facture, celle signée par votre client est un gage de sa véracité et une garantie contre toute éventuelle contestation. Cependant, pour les traites papiers, les délais sont tout de même trop longs. Autre inconvénient, de plus en plus de clients rechignent à signer ce document car cela les empêche de contester vos prestations dans le futur. Dans certains cas de figure, un banquier peut se réserver le droit de la refuser, si le risque estimé est considéré beaucoup trop grand.

Le Dailly

Cette loi offre la possibilité de céder vos créances à votre banque en contrepartie d’une ligne de crédit. Ce financement par anticipation offre l’avantage du gain de temps comparativement à l’escompte. En effet, plus besoin d’attendre le retour d’une traite payée et les liquidités sont disponibles dans les 48h. D’autant plus que dans certaines banques, il est possible d’adresser les bordereaux concernés via le net. Sauf que l’inconvénient de taille, c’est que si votre client ne s’acquitte pas de son du en temps et en heure, la banque débitera la somme de votre compte (sauf souscription à une assurance crédit). Le Dailly est d’ailleurs en perte de vitesse, car contrairement aux sociétés d’affacturage, aucune couverture de risque ou de gestion de compte n’est prévue.

Ainsi, pour alimenter vos comptes en liquidités, mieux vaut prendre le temps de choisir l’option la moins périlleuse pour vos finances.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61