Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Comment fidéliser ses salariés autrement que par l’argent ?

Publié le mercredi 26 mars 2014, mis à jour le jeudi 28 juillet 2016

Selon une étude américaine, le départ volontaire d’un salarié causerait une perte comprise entre la moitié de son salaire annuel et jusqu’à trois fois son salaire (dans le cas par exemple d’un commercial qui part avec ses clients). Ces chiffres ne prennent pas en compte les effets négatifs d’un tel départ sur le reste de l’équipe, dans les entreprises de moins de 20 salariés. La fidélisation des salariés est donc un enjeu majeur pour une entreprise, quelle que soit sa taille. Et l’argent est loin d’être la seule manière d’instaurer un climat motivant. Nos conseils pour fidéliser ses salariés autrement que par l’argent.

Envisagez vos collaborateurs comme des clients

Pour fidéliser ses salariés, il faut commencer par accepter un principe simple : les salariés sont les clients du service de ressources humaines. Cette affirmation est valable… même si vous n’avez pas de service RH. De fait, vous devez réussir à être à l’écoute de vos salariés et comprendre leurs attentes et objectifs. Cela peut passer par exemple par un questionnaire interrogeant les salariés sur leurs objectifs de carrière, de rémunération, la part qu’ils souhaitent accorder à leur travail dans leur vie, leur avis sur les processus au sein de l’entreprise, etc. Par ce simple fait, non seulement vous montrez de l’intérêt pour vos collaborateurs (ce qui est toujours bon en management), mais en plus vous pouvez dégager des points d’amélioration pour les satisfaire à terme.

N’oubliez jamais que les deux critères qui priment le plus souvent pour les salariés ce sont les opportunités de carrière au sein de l’entreprise et l’équilibre vie privée/vie professionnelle. En qualifiant votre base de données collaborateurs, vous pourrez plus facilement répondre aux attentes des uns et des autres.

Managez vos managers

Cela paraît étrange, mais la meilleure manière de fidéliser ses salariés autrement que par l’argent reste de responsabiliser ses managers. De fait, selon un spécialiste du management, Benjamin Chaminade, 70% des départs de salariés sont dus à l’entreprise. Et sur ces 70%, 70% sont dus à une mauvaise relation avec le manager.

Toutes les grandes entreprises mondiales se sont mises à l’innovation participative (c’est-à-dire à l’implication de chaque collaborateur dans le développement de l’entreprise). Et pour cause, comme nous l’évoquions dans nos différentes fiches sur le management : l’heure est aujourd’hui au leadership compassionnel, au management empathique, au respect et au dialogue.

Ménagez un cadre optimal de travail

Ces deux démarches vous permettront d’isoler des points bloquants et des axes d’amélioration. A partir de cela, vous pourrez mettre en place un cadre de travail confortable, stimulant… et productif. N’oublions pas que des salariés heureux s’investissent plus et sont plus productifs que des salariés en situation de mal-être.

Prenons l’exemple de Google. Bien sûr les salaires sont pharamineux, mais c’est loin d’être l’unique critère. Outre le fait que les salariés ont l’impression de participer à quelque chose de grand, ils disposent d’une qualité de travail qui fait des envieux partout dans le monde : salles de repos, cafétérias, coiffeurs gratuits, coupes de fruits frais et jus de fruits frais à volonté, postes de travail confortables et ergonomiques, etc. sans aller jusque là, vous pouvez tout à fait, sur la base notamment des avis exprimés par les collaborateurs, améliorer les postes de travail et proposer des petits bonus qui satisferont vos salariés. Un petit-déjeuner une fois par semaine pour se détendre tout en évoquant des questions professionnelles, une sortie annuelle (sur le temps de travail) pour souder les équipes, un repas de Noël, etc. Laissez libre cours à votre imagination et surtout, demander l’avis de vos salariés ; l’effet n’en sera que plus fort.

Pensez aux avantages en nature défiscalisés

Il reste une dernière possibilité, certes financière, mais attractive fiscalement pour l’entreprise et performante pour les salariés : les CESU, les PEE, les Perco, etc.

La fidélisation des salariés est loin de passer exclusivement par l’argent. On constate que ce sont souvent les conditions de travail qui sont en cause lors d’un départ volontaire. Alors, pour garder vos talents, rendez votre entreprise attractive en étant à l’écoute de vos collaborateurs.

Pour vous accompagner dans votre politique RH, il peut être judicieux de faire appel à un consultant RH, pour en savoir plus, lisez notre fiche pratique : www.petite-entreprise.net/P-3847-81-G1-le-consultant-rh-pour-accompagner-votre-politique-rh.html

Publicité