L’entrepreneuriat au féminin

L’entrepreneuriat au féminin

Gestion d'entreprise • Publié le mercredi 23 juillet 2014

Les femmes représentent en France presque 50% de la population active, 60% des diplômés de 3ème cycle et seulement 30% des créateurs d’entreprise avec une augmentation… de seulement 3 points en 20 ans ! Autant dire que la France a de la marge avant d’atteindre un semblant de parité concernant l’entrepreneuriat. Alors l’entrepreneuriat au féminin, à quoi ça ressemble ? Quels sont les freins ? Quelles sont les aides ? Petite-Entreprise.net fait le point !

Les femmes, l’entreprise, la France et le reste du monde…

On le disait en introduction de cette fiche : les femmes, alors même qu’elles représentent un poids important dans la population active diplômée, ne représentent qu’une part extrêmement réduite de la population des chefs d’entreprise. De fait, à ce niveau, la France est clairement à la traîne par rapport à d’autres pays occidentaux : 10% des Américaines ont créé ou repris une entreprise en 2011 et 4,5% des Allemandes contre… moins de 3% des Françaises !

Face à ce décalage, le Gouvernement s’est officiellement positionné en faveur de l’entrepreneuriat féminin puisqu’il a fixé un objectif de 40% de créations d’entreprises par des femmes d’ici 2017. Objectif ambitieux, certes, mais sérieusement motivé, pas seulement par une idéologie progressiste.

En effet, des études ont révélé que les entreprises gérées par des femmes sont en moyenne 9% plus profitables que celles gérées par des hommes ! En clair : un pays a tout intérêt à avoir plus d’entrepreneures… puisqu’elles créent plus de richesse !

Les femmes et l’entreprise : les freins

Les femmes entrepreneures sont généralement plus jeunes et plus diplômées que les hommes… et bénéficient d’investissements moindres au démarrage ! En moyenne, les entreprises créées par des femmes ont été créées avec un investissement de seulement 8 000€… financés en fonds propres !

Pourquoi en fonds propres ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui en France, être une femme avec des ambitions entrepreneuriales c’est avant tout se prendre des portes, des murs et des claques. Investisseurs, partenaires, etc. sont globalement moins enclins à soutenir une femme entrepreneure qu’un homme. Et ce, contre toute logique puisque, nous le disions plus haut : les femmes mènent manifestement mieux leur barque. Au point même qu’en plus d’être plus profitables, leurs entreprises sont également plus nombreuses à être pérennes. Un paradoxe, donc.

Les aides pour contrer cet état de fait

Puisqu’on ne peut pas changer les mentalités en quelques mois ni même en quelques années, il existe un certain nombre d’aides dédiées aux femmes ayant un projet de création d’entreprise. Parmi ces aides, on peut citer en particulier le fonds de garantie à l’initiative des femmes (le FGIF). L’objectif de ce fonds est faciliter l’accès à l’emprunt des entrepreneures. Le fonds se porte garant, exactement comme le fait BPI France, mais vient en complément. Ceci permet aux femmes d’obtenir plus de prêts, sans engager de caution ou de garantie personnelle.

En outre, les femmes peuvent s’appuyer sur la multitude de réseaux dont l’objet est spécifiquement l’aide et l’accompagnement des femmes créatrices d’entreprise, dont le célèbre FBA, Femme Business Angles, un réseau de business angles féminin, pour des femmes… mais pas seulement.

Si vous êtes une femme et que vous avez un projet de création d’entreprise, n’hésitez pas à demander l’aide des experts de Petite-entreprise.net ; ils sauront vous aider à trouver les financements adaptés à votre projet.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61