Foot et entreprise : Pourquoi vous auriez dû laisser vos salariés regarder les quarts de finale

Gestion d'entreprise • Publié le vendredi 8 août 2014
Foot et entreprise : Pourquoi vous auriez dû laisser vos salariés regarder les quarts de finale
Droit dans vos bottes, le regard vissé sur les objectifs du mois, vous avez rassemblé vos troupes et leur avez rappelé où se situait leur devoir, en allant jusqu’à oublier l’horaire de diffusion du match France-Allemagne de la Coupe du Monde. L’erreur est humaine, mais dans le cas présent, elle est aussi regrettable.

La Coupe du Monde de foot : un événement culturel fédérateur

Que vous soyez grand supporter des Bleus ou, au contraire, totalement indifférent à la chose footballistique, impossible de nier la dimension culturelle et sociale d’un tel événement. Sortez un peu du bureau un soir de match, et promenez-vous dans les rues : vous assisterez à un spectacle que certains jugent peut-être déplorable, mais qui représente à merveille la portée de l’événement en tant que grand rituel de socialisation et de célébration.

Des centaines, des milliers de supporters réunis derrière une même équipe, animés par le même feu, la même passion, et concentrés vers le même objectif final, ça ne vous rappelle rien ? Dans le mille : C’est exactement l’esprit que vous cherchez à créer avec vos employés depuis la création de votre petite entreprise. Et en privant vos collaborateurs d’un événement aussi majeur que l’affrontement des Bleus contre la Mannschaft (pour des raisons que vous connaissez sans doute déjà si vous allumez la télé de temps en temps), vous venez de perdre une bonne moitié du terrain conquis.

Un supporter privé de match est un salarié que plus rien ne passionne

La formule est un peu lapidaire mais elle symbolise assez bien les dégâts causés par un patron un peu trop scrupuleux sur son équipe jadis pleine d’allant et de dynamisme. Aujourd’hui, non seulement votre équipe fait la gueule, mais en plus, elle a perdu une part de sa loyauté et de son sens du devoir. Un salarié qu’on oblige à rester après 18h et qui entend, depuis sa fenêtre ouverte, les cris et le tumulte qui anime les terrasses de café n’a tout simplement plus rien à faire de vos commandes en souffrance. Pire, il se dit que le client en question est sans doute lui aussi devant son poste, et aurait très bien pu attendre lundi pour voir son contrat honoré.
Ce que vous risquez ? Beaucoup de déception, un gros coup de mou parmi vos troupes, voire, au pire, un vrai travail de sape de la part de vos éléments les plus rancuniers. Alors qu’il aurait été si simple de renverser la tendance et de faire de vos salariés vos supporters à vous, et rien qu’à vous.

Sacrifier quelques heures de travail pour gagner une équipe

Alors, même s’il est toujours facile d’expliquer après coup ce que vous auriez dû faire, que l’exemple des quarts de finale du Mondial 2014 soit pour vous un phare dans la nuit !
Ces deux, ou trois heures perdues, que représentent-elles au regard d’une équipe soudée, vaillante, et consciente de sa valeur à vos yeux ? En offrant à vos employés ce petit cadeau de fin de semaine, vous leur montriez en effet l’estime que vous leur portez, et la confiance que vous leur accordez, puisque vous auriez clairement manifesté la certitude que ces quelques heures de travail perdues auraient été dûment rattrapées sans autre sollicitation de votre part. A l’image de ces patrons allemands qui ont écouté leurs syndicats en autorisant leurs employés à profiter du match.

Mieux encore, vous auriez pu créer un vrai événement de groupe en organisant une soirée devant votre grand écran, ou en réservant quelques tables à votre bistrot préféré. Parfois, nul besoin de prévoir des weekends en pleine nature ou des stages de paint-ball pour motiver ses gars : il suffit d’enfiler son maillot Benzema !

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61