Le corps : ce traître qui parle pour vous

Gestion d'entreprise • Publié le mercredi 20 août 2014
Le corps : ce traître qui parle pour vous

Ce rendez-vous avec M. H., vous l’avez longuement préparé. Votre offre est prête, vos tarifs, soigneusement étudiés, et ce matin, vous avez passé une heure devant la glace à peaufiner votre tenue. Ce contrat-là, si vous ne le décrochez pas, c’est la preuve qu’une malédiction plane au-dessus de votre tête. A moins que vous n’ayez tout simplement laissé votre corps jouer les pipelettes…

Le corps n’est pas toujours « corporate »

Vous êtes tellement convaincu d’être au top du top pour ce rendez-vous prévu de longue date que vous n’avez même pas pensé qu’il pourrait y avoir une taupe dans votre PME. Un espion sournois aux motivations obscures, prêt à exploiter la moindre faille pour transmettre à l’ennemi de précieuses informations : ce mouchard, c’est votre langage corporel.

Il existe mille et une façons pour le corps de vous trahir en révélant à votre client, collaborateur ou contrôleur des impôts les émotions et les sensations qui vous animent réellement durant votre entretien : fatigue, découragement, laisser-aller, défiance ou méfiance, surveillez dès aujourd’hui ces petits gestes mesquins qui font de vous un vrai livre ouvert.

Les « gaffes » corporelles à éviter

Avec vos clients

Rasé de frais ou soigneusement maquillée, vous accueillez donc M. H. avec votre fameux sourire ultra-brite, et lui montrez le chemin de votre bureau. Calme, concentré, persuadé de maîtriser la situation… Mais avez-vous bien vérifié la position de vos bras, de vos jambes, savez-vous où se trouvent vos mains, ces fichues baladeuses ? Méfiance, vous pourriez bien finir par vous en mordre les doigts !

  • Jambes croisées :

Pour vous : « Pas de chichi entre nous »

Pour lui : « Pitié, ne me faites pas de mal. »

  • Bras croisés :

Pour vous : « Ce que vous vous dites est fascinant, continuez, je vous en prie. »

Pour lui : « N’approchez pas ou je hurle. »

  • Dos voûté :

Pour vous : « Ma vie a changé depuis que j’ai adopté le management à l’anglo-saxonne. Une petite partie de ping-pong ? »

Pour lui : « Je n’ai pas dormi depuis 8 jours, achevez-moi. »

Bref, vous l’aurez compris, surveiller vos gestes est au moins aussi essentiel que de surveiller votre langage si vous ne voulez pas donner le sentiment d’être une espèce de lavette apeurée et complètement dépassée par les exigences de son client. Redressez la tête, mettez les épaules légèrement en arrière, grandissez-vous et respirez !

Avec vos employés

Un patron de PME doit également dégager un mélange subtil de confiance en soi et en ses collaborateurs, d’empathie, d’écoute et de dynamisme. A chaque fois que vous discutez du dossier de M. H. avec Philippe-du-service-qualité, veillez également à adopter la posture du patron parfait :

  • Evitez autant que possible de toucher votre bouche ou la commissure de vos lèvres avec votre main (signe de mise en doute ou d’envie de contredire les propos de votre employé).
  • Ne placez pas vos mains sur vos hanches, signe d’arrogance ou d’impatience souvent mal perçu par votre interlocuteur.
  • Maîtrisez vos expressions faciales, sujettes à polémiques. D’autant plus qu’il vous sera difficile d’expliquer à Philippe que cette moue écœurée a toujours été chez vous un signe de profonde admiration. Ça ne prendra pas. Soyez souriant, sans excès, ou si la situation est plus grave, tentez de garder un visage neutre et calme. Vos paroles n’en auront que plus de poids.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61