Dirigeant : 4 pistes pour optimiser votre rémunération

Dirigeant : 4 pistes pour optimiser votre rémunération

Création d'entreprise • Publié le mercredi 21 janvier 2015, mis à jour le mardi 30 octobre 2018
Depuis la crise de 2007/2008 et le récent assujettissement des dividendes aux cotisations sociales, l’optimisation de la rémunération est devenue un véritable sport de haut niveau accessible généralement surtout aux patrons et cadres dirigeants de grandes entreprises. Pourtant, ce sont bien surtout les patrons de TPE et de PME qui ont besoin de ce type de dispositifs ! Voici donc 4 pistes pour optimiser votre rémunération de dirigeant.

Rémunération vs Dividendes

Aujourd’hui, jusqu’à 90 000€ annuels, il faut privilégier la rémunération aux dividendes ; au-delà, il faudra ventiler efficacement entre rémunération et dividendes. Ceci dit, cela devrait changer si effectivement l’amendement du Sénat concernant l’assujettissement des dividendes aux charges sociales se traduit dans la loi… A suivre donc.

La question du véhicule

Pour les véhicules plutôt haut-de-gamme et/ou les nombreux déplacements, il vaudra mieux faire acheter le véhicule par la société (ou louer en leasing). Une bonne partie du coût peut être déductible du bénéfice imposable d’une part ; d’autre part, le véhicule est partiellement amorti et pourra être renouvelé régulièrement. C’est particulièrement pertinent pour les entreprises qui justifient que le patron dispose d’un véhicule haut-de-gamme.

Pour les véhicules plus « standards » et/ou des déplacements peu nombreux, il vaut mieux acheter sa voiture soi-même et se verser des indemnités kilométriques. Les indemnités sont déductibles du chiffre d’affaires et couvrent bien les coûts engendrés. Tant que vous ne financez pas vos vacances avec ces indemnités, vous n’avez aucun risque de redressement, ce qui n’est pas forcément le cas si votre entreprise finance un Porsche Cayenne…

La retraite complémentaire

Eventuellement, une retraite Madelin peut être une option intéressante. Mais attention, vu la faible rentabilité de ce « placement », il faut le choisir si et seulement si vous êtes à titre personnel fortement imposé et si vous êtes plutôt jeune (moins de 40 ans) : de cette manière, vous cotisez longtemps et les sommes placées ne sont pas comptabilisées dans votre rémunération… et donc ne sont pas imposées. Sachez que la rente annuelle sera généralement de 4% à 6% du capital constitué. Par exemple, si, pendant 20 ans, vous cotisez à hauteur de 800€ par mois, vous pourrez déduire la totalité de vos cotisations de votre CA et vous toucherez une rente de 800€ par mois à partir de votre retraite.

L’intéressement

Voilà une solution pertinente (quoique légèrement coûteuse). Si vous avez au moins un salarié, mettez en place un contrat d’intéressement (mais pensez à le faire au moins 6 mois avant la date de clôture de votre bilan). Vous pourrez alors vous verser un intéressement exonéré de charges sociales et ouvrant droit à un crédit d’impôt pour votre entreprise (si votre entreprise emploie moins de 50 salariés) ! La seule contrainte est que votre intéressement ne pourra excéder l’intéressement maximal versé à un salarié. 
Mais malgré ce frein, cette solution reste la meilleure option d’optimisation de la rémunération : votre entreprise y gagne deux fois (sur les charges sociales et sur l’IS).

Note : en particulier si vous couplez l’intéressement à un PEE, vous pourrez arriver à une forte optimisation, mais à moyen terme : le PEE est bloqué pendant 5 ans.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61