Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Le burn-out touche de plus en plus de patrons

Publié le jeudi 6 août 2015
Alors que l’Assemblée Nationale reconnaît enfin le burn out comme maladie professionnelle (ou plus précisément : les « affections psychologiques ») on découvre que ce que l’on appelle en français le syndrome d’épuisement professionnel touche de plus en plus de monde… et n’épargne évidemment pas les dirigeants. Le point par Petite-entreprise.net.

Le burn out en France : chiffres clés et état de la loi

En France, on estime à 11% des travailleurs les personnes touchées par le burn out, soit 3 millions de personnes ! Récemment, le ministère du travail et de l’emploi s’est même fendu d’une longue plaquette explicative très documentée sur le sujet pour présenter les symptômes du burn out, tenter d’en expliquer, du moins en partie, les causes, et de présenter des méthodes pour détecter les signes de burn out et les dispositifs à mettre en œuvre pour contrer le syndrome d’épuisement professionnel.
En France donc, les parlementaires et le Gouvernement ont cherché, face au développement des syndromes d’épuisement professionnel, à le faire reconnaître comme maladie professionnelle, dans le texte du projet de loi relatif au dialogue social et à l’emploi. Retoqué par le Sénat, le texte retrouve les deux amendements visés suite à leur rétablissement par le Gouvernement. C’est donc avec ces deux amendements que le texte de loi est retourné en seconde lecture à l’Assemblée, le 7 juillet 2015.
Aujourd’hui, le burn out est donc en phase d’être reconnu comme maladie professionnelle. Si c’est un bien pour de nombreux salariés, c’est aussi une bonne chose pour les chefs d’entreprise.
Car, rappelons-le, le stress du dirigeant peut souvent conduire au burn out. Les patrons n’en sont évidemment pas épargnés mais, à la différence des salariés, leur protection sociale est ridicule. La reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel comme maladie professionnelle pourrait ainsi permettre à certains patrons qui en souffrent de bénéficier d’un suivi pris en charge et d’éventuelles indemnisations en cas d’incapacité de travail. Mais bien sûr, tout cela est au conditionnel car rien n’est acquis sur ce point.

Les symptômes du burn out

Si le burn out peut prendre différentes formes, en tout cas, on est capable d’isoler globalement des symptômes récurrents qui vont ensemble. C’est important car, isolément, ces symptômes ne font pas un syndrome d’épuisement professionnel, c’est réunis qu’ils témoignent de la gravité d’une situation délicate :

  • Epuisement émotionnel, cynisme vis-à-vis de son travail, épuisement physique, somatisation, perte de l’accomplissement personnel au travail
  • Troubles du sommeil, douleurs dorsales, maux de ventre, prise ou perte de poids, nausées, vertiges, etc.
  • Diminution de la concentration, difficultés à réaliser plusieurs tâches à la fois, difficultés à nuancer, difficultés à prendre des décisions, etc.
  • Sensation de perte de contrôle, tristesse chronique, envie de pleurer constante ou ponctuelle mais violente et, surtout, sans raison apparente, tensions nerveuses, paranoïa, etc.
  • Baisse de la motivation, désengagement, remise en question de ses compétences et de ses choix professionnels, etc.

On le voit à la lecture de ces symptômes : ils sont loin de toucher exclusivement les salariés et nombreux sont les patrons qui en souffrent quotidiennement. Mais à la différence du reste de la population, ils sont obligés de faire avec, sans quoi leur boîte coule…

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article