: n°1 de l’accompagnement des créateurs et dirigeants de petites entreprises. Découvrez nos services 
Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

L’info pratique
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Infos pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer

Quels sont les délais limites pour verser un salaire ?

Quels sont les délais limites pour verser un salaire ? Voilà une question dont une réponse n'est pas si évidente. Le point dans cet article.

Que dit la loi sur le virement des salaires ?

Tout le monde a son avis sur la question et l'on peut régulièrement entendre des chiffres différents. Une légende urbaine voudrait que les employeurs n'aient que jusqu'au 5 du mois suivant pour payer le salaire du mois écoulé. Pour d'autres, c'est jusqu'au 8, pour d'autres encore, jusqu'au 15. Bref, difficile de se faire une idée avec tout ça.

En réalité, c'est certes assez surprenant au premier abord, mais aucun texte de loi ne précise de dates relatives au paiement d'un salaire. Ce que dit la loi en revanche, c'est que le salaire doit être versé chaque mois à date fixe ! En d'autres termes : un employeur peut verser les salaires le jour qu'il veut dans le mois, simplement, il est en infraction et les salariés sont en droit de demander réparation (après une procédure un peu complexe tout de même) si la date de versement n'est pas fixe.

Par exemple : vous avez pris l'habitude de verser les salaires le 3 du mois suivant. Si jamais un mois vous n'aviez pas payé les salaires le 3, alors vous seriez en infraction. Un point, c'est tout. La loi ne prévoit pas de délai supplémentaire jusqu'au 5, au 8 ou au 15.

Pourquoi le salaire doit être payé à date fixe ?

Si la loi impose le versement des salaires à date fixe c'est simplement pour prendre en considération la situation des salariés. Ils ont des emprunts, paient des impôts, une assurance, des frais, etc. Or, bien souvent, ces charges du foyer sont prélevées directement sur le compte en banque des salariés, à date fixe. Et le plus souvent, les salariés fixent la date des prélèvements sur la base de la date de versement de leur salaire.

Egalement, si la loi n'impose pas véritablement de dates ou de délais de versement des salaires, outre ce délai de 30 jours entre deux versements, c'est pour prendre en compte la situation de chaque entreprise. En fonction des règles d'encaissement en vigueur dans l'entreprise, les recettes ne se font pas au même moment pour toutes les structures. Il serait donc absurde que la loi exige des délais spécifiques du type : vous avez jusqu'au 23 du mois suivant à 20h !

Chaque entreprise est donc libre de fixer selon ses besoins les dates de versements des salaires ; elle a juste pour obligation de les verser de manière mensuelle et périodique, c'est-à-dire à la même date.

Quelles sont les sanctions en cas de retard de paiement ?

La jurisprudence a établi que le retard de paiement d'un salaire est considéré comme une faute patronale justifiant, de la part du salarié, le recours à la juridiction des prud'hommes.

  • La première conséquence se traduit généralement par la rupture du contrat de travail (de la part du salarié) « aux torts de l'employeur, à effet immédiat et sans préavis ».
  • Le versement urgent de la rémunération due avant l'audience de conciliation (dans le meilleur des cas).
  • L'employeur s'expose à une éventuelle condamnation au règlement du préavis, de l'indemnité de licenciement et d'une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.
  • Dans le cas où le retard (voire non-versement) du salaire a entrainé, pour le salarié, un préjudice spécifique (incapacité à rembourser un crédit, frais bancaires...), la loi peut éventuellement imposer à l'employeur de verser audit salarié lésé des dommages et intérêts.

Ceci dit, aucun salarié n'obtiendra de tels jugements aux Prud'hommes si l'employeur n'a que quelques jours de retard de manière ponctuelle ! Même si la loi est assez dure avec les retards de salaires, elle ne l'est pas à ce point. En général, les inspecteurs du travail conseilleront aux salariés de d'abord demander des comptes à leur employeur dès le premier jour de retard. Sans réponse ou sans réponse satisfaisante, le salarié sera alors invité à envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception mettant en demeure l'employeur de verser le salaire. Si à ce moment-là, l'employeur ne paie pas, alors la procédure peut être engagée. Dans ces cas, son issue est systématique est sans appel : la condamnation de l'employeur.

1 question
= 1 réponse en 24h

Ces Correspondants Locaux peuvent vous aider

Expert-Comptable

PARIS (75)
À 1 km de chez vous
Correspondant Local
pe.net

Aide à la prise de décision

PARIS (75)
À 2 km de chez vous
Correspondant Local
pe.net

Réagissez, postez vos commentaires :

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Les commentaires des internautes

laura carpentier
ven. 7 mars 2014 à 20h21
Bonjours, Voila j ai signé ma fin de contrat d un comme un accord. Je voudrais savoir combien de jours je dois attendre pour avoir mon salaire et conge payer et autre prime que l employeur me dois. Car j ai toujours rien recu depuis la fin du mois. Merci
souidi abdelkader
jeu. 29 nov. 2012 à 20h30
Mon employeur nous remet le bulletin de salaire ou figure la mention virement le 30 ou 31 selon les mois
mais notre compte es crédité que le 10,11,12 de chaque mois je précise que la banque n'es pas concerné!! Que faire, en as t-il le droit?
COMOE Francis
mar. 6 nov. 2012 à 16h58
Moi je pense qu'il doit avoir une loi prévoyant cela. Pacque qu'il peut arriver que l'employeur soit dans de sérieuses difficultés, alors l'on pourrait prévoir des règlements amiables.