Consultant en auto-entrepreneur

Consultant en auto-entrepreneur

Vous êtes cadre et vous avez envie de changer d’air, de voler de vos propres ailes, de vous lancer de nouveaux défis mais vous voulez le faire sans risque ? C’est possible grâce au régime de l’autoentrepreneur qui peut vous permettre de tester votre activité de consultant en toute simplicité, sans frais excessifs. Devenir consultant en autoentrepreneur : les explications de Petite-Entreprise.net.

Pourquoi devenir consultant en autoentrepreneur ?

Le régime d’autoentrepreneur est parfaitement adapté au lancement d’une activité de consultant d’entreprise indépendant. En effet, avec le régime d’autoentrepreneur, vous pouvez par exemple commencer à tester votre activité tout en restant salarié de votre entreprise. Et au-delà de cette situation, même si vous quittez votre poste salarié, le régime présente de nombreux avantages qui en font la solution idéale pour tester une activité de professionnel libéral, ce qui est le cas quand on est consultant :

  • Créer son autoentreprise ne coûte rien ;

  • Créer son autoentreprise se fait simplement, en ligne, en quelques minutes ;

  • Être consultant en autoentrepreneur permet d’éviter de nombreux frais inhérents à tout autre régime ;

  • En étant consultant en autoentrepreneur, vous ne payez des cotisations sociales que si vous réalisez du chiffre d’affaires.

La contrepartie de ces avantages, c’est que vous êtes limité à 32 900€ de chiffre d’affaires par an. Voilà pourquoi ce régime est adapté pour tester une activité, se lancer, mais ne peut permettre de rester durablement consultant indépendant !

Consultant autoentrepreneur : quel régime social, quelle fiscalité ?

En tant que consultant en autoentrepreneur, vous serez certes TNS, mais vous devrez vous affilier à différentes caisses pour votre protection sociale. C’est l’Urssaf qui percevra vos cotisations d’allocations familiales, le RSI qui percevra vos cotisations d’assurance maladie-maternité et la CIPAV pour vos cotisations d’assurance vieillesse.

Pour autant, même si votre régime est géré par 3 caisses, question formalités, vous n’aurez pas à vous préoccuper de grand-chose. En effet, soit vous adressez directement par courrier votre déclaration de CA et votre paiement à l’Urssaf, soit vous effectuez les démarches directement en ligne sur le portail mis en place par le gouvernement pour cela. Et si votre CA dépasse 16 450€, de toute façon, déclaration et paiement se font obligatoirement par internet.

Le taux quant à lui est fixe et est, pour les revenus perçus en 2015, de 22,9% ; ce taux sera de 23,1% à partir de 2016.

Côté impôts, deux solutions se présentent :

  • Soit vous optez pour le prélèvement libératoire ; dans ce cas, vous payez, en même temps que vos cotisations sociales, votre impôt au taux de 2,2% de votre CA. Ainsi chaque mois ou chaque trimestre, vous réglez en même temps cotisations et impôts, très simplement, en versant 25,1% (en 2015), puis 25,3% (en 2016) de votre CA.

  • Soit vous déclarez vos revenus normalement : dans ce cas, votre impôt sera calculé sur votre chiffre d’affaires, après un abattement forfaitaire pour frais de structure de 34% de votre CA (par exemple, si vous réalisez 32 900€ de CA, vous paierez des impôts sur 21 714€ de revenus).

Devenir consultant auprès des dirigeants de TPE/PME vous intéresse ? Vérifiez si vous avez les bons réflexes pour les accompagner.

Faire le test

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61