Comment agir sur le fonds de roulement net global (FRNG) ?

Comment agir sur le fonds de roulement net global (FRNG) ?

Création d'entreprise • Publié le jeudi 24 janvier 2013

L’argent étant le nerf de guerre de toute entreprise, il est primordial de veiller au grain côté trésorerie. Il est en effet capital d’avoir une gestion de trésorerie optimale pour la pérennité de son entreprise et le développement de son activité. Le BFR étant un levier capital à ce niveau, une entreprise ne saurait évoluer sans des mesures correctrices sur ce point. C’est pourquoi, accroître sa trésorerie passe également par la rationalisation du fonds de roulement net global ou FRNG. Qu’est ce donc le FRNG et quelles sont les composantes permettant de mener à des pistes d’amélioration ?

Définition du FRNG

Le fonds de roulement (FR) est garant du maintien de l’équilibre financier de toute entreprise. Il correspond à l’excédent des ressources stables (capitaux propres + dettes et emprunts à long terme) une fois le financement des emplois permanents assouvis.

Le fonds de roulement permet donc de financer les investissements entre autres. Toutefois, il sert aussi de matelas de protection pour l’entreprise en cas de détérioration de l’activité. En effet, des évènements comme le dépôt de bilan d’un client ou la dégradation brusque des stocks peuvent exiger des ajustements d’urgence. L’autre fonction du fonds de roulement est de financer le besoin en fond de roulement ou BFR. Pour résumer on pourra dire que le fonds de roulement se calcule comme suit :

FRNG = propres + dettes financières à moyen et long terme - actif immobilisé

A partir de là, il apparaît clair de devoir mobiliser des efforts réguliers pour son FR et ce pour augmenter le niveau des ressources stables mais aussi pour baisser les emplois durables.

Fonds de roulement et augmentation du niveau des ressources stables

Pour augmenter le niveau des ressources stables, 3 pistes principales sont envisageables :

  • La recherche de subventions : les sources et pistes de subventions sont diverses et multiples même si parfois vous en ignorez une bonne partie. Même si les montants ne sont pas faramineux, il s’agira toujours de liquidités supplémentaires qui renfloueront les caisses de l’entreprise. Ne jetez donc pas l’éponge et dites-vous qu’il y aura toujours au moins une subvention qui existe pour votre PME.
  • La souscription à de nouveaux emprunts : il arrive que la situation de votre entreprise ne vous permette pas de contracter de crédit. Il existe alors de nouveaux emprunts qui permettront à la PME d’investir et de financer l’actif immobilisé. Certains entrepreneurs auront recours à ces emprunts en tant que paiements anticipés de leurs fournisseurs en échange d’un escompte. On peut illustrer l’intérêt possible par l’exemple concret suivant : si vous payez comptant votre fournisseur à 30 jours et qu’il consent à un escompte de 1%, cela ferait revenir les choses à un taux d’intérêt de 12%. A partir de là, vous pourrez vous chercher un placement annuel sur du même taux, à savoir à 12%.
  • L’ouverture de votre capital : avant d’opter pour cette alternative, sachez qu’il s’agit d’un choix stratégique à bien réfléchir au préalable. Cette décision peut en effet impacter toutes les futures décisions importantes relatives à votre entreprise. Si par exemple, vous projetez de garder votre PME à l’échelle familiale, il est déconseillé de faire ce choix. Cependant, sachez que pour envisager une introduction en bourse ou convaincre des investisseurs, il faudra dégager une rentabilité élevée de capital.

Fonds de roulement et baisse du niveau de l’actif immobilisé 

Pour baisser le niveau de l’actif immobilisé, 2 solutions majeures sont possibles :

  • Favoriser le crédit bail : le crédit bail est un moyen de financement adapté aux PME. Si vous optez pour ce moyen, votre bilan n’en sera que meilleur. Au niveau des prévisionnels et du compte de résultat, le crédit bail passe en charge. Ainsi, le taux d’endettement que vous calculerez à partir de votre bilan sera plus faible. Il sera ainsi plus aisé pour votre entreprise de décrocher des crédits auprès des organismes banquiers et investisseurs. L’autre avantage majeur du crédit bail est qu’il permet à la société de ne pas payer de grosses sommes d’argent. Elle n’est donc redevable que de rembourser  ses redevances à la société de crédit bail.
  • Elaborer un système de lease-back : le lease-back n’est autre qu’une forme différente de crédit bail.  L’entreprise revend de la sorte un de ses biens à une société de crédit bail qui lui remet immédiatement à disposition sous forme de crédit bail. L’avantage premier sera donc de dégager des liquidités supplémentaires qui financeront d’autres immobilisations.

En somme, la stabilité financière de chaque entreprise dépendra grandement des grands axes de décisions stratégiques qu’elle prendra. Or ces dernières sont souvent influencées par la situation générale et financière de l’entreprise.  Les choses sont donc intimement reliées entre elles et l’équilibre ne pourra être atteint que suite à une amélioration des fonds de roulement et donc une optimisation de gestion de la trésorerie. Sachez donc rester vigilant et réactif sur ce point.

Et vous, quels sont les efforts particuliers que vous déployez à ce niveau ?

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61