Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Financer son entreprise : ne négligez pas l’apport personnel

Publié le jeudi 31 janvier 2013

Apport personnelLe volet du financement de son projet d’entreprise fait très souvent partie des principales préoccupations de tout entrepreneur. Le manque de fonds constituant d’ailleurs un des freins majeurs pour atteindre cet objectif. Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’on ne peut demander de l’argent si on n’en apporte pas soi même un minimum. Il apparaît donc crucial de se constituer un capital initial pour se voir octroyer des prêts bancaires ou autres formes de subventionnement possible. Quelle est donc l’importance de l’apport personnel et que faut-il savoir concernant cette mise de départ ?

L’apport personnel : point de départ obligé pour lancer votre projet

Inutile de vous leurrer ou de vous bercer d’illusions en vous disant que vous pouvez créer votre société sans débourser le moindre centime. Sachez qu’il vous sera obligatoirement demandé d’apporter un minimum de fonds pour démarrer votre activité.

La règle générale est de fournir 30% des besoins en financement de votre projet.

Alors si vous voyez défiler des messages publicitaires du type « lancez votre entreprise avec seulement 1 euro », sachez que c’est juridiquement possible mais pratiquement irréalisable. N’importe quel investisseur ou banque que vous essayerez de convaincre de s’engager avec vous, exigera un capital initial.

Il est en effet des coûts de départ (frais administratifs, rémunération avocat ou comptable…) inhérents au démarrage de l’entreprise qui seront financés en partie par vos fonds de départ. En gros, il s’agit là des dépenses propres au lancement et non au fonctionnement de votre structure. Donc l’apport personnel sera votre premier coup de pouce et le levier pour décrocher d’autres financements.

Il ne s’agit cependant pas que d’un moyen de réduire votre endettement. En effet, il est le reflet de votre motivation et des efforts que vous êtes prêt à déployer pour votre projet. Investir dans votre propre entreprise est signe que vous êtes prêt à gager gros sur son succès. Pas de meilleure preuve donc pour inciter les gens à croire en votre entreprise et son potentiel. La confiance que vous aurez en vous et en la réussite de votre projet sera une bonne garantie pour tous les investisseurs. Ces derniers ne vont évidemment pas risquer leur argent dans un projet auquel même son propre porteur ne croit pas assez.

Le pilote du projet que vous êtes doit faire foi de ses compétences en apportant de l’argent à son propre projet. Pour toutes ces raisons, l’apport personnel sera perçu comme un signal fort de la part de tous les financiers. Il est donc crucial de chiffrer précisément votre apport personnel pour estimer le montant des financements auxquels vous pouvez aspirer.

Apport personnel : intérêt et avantages

L’expérience et le recul ont montré que plus l’apport personnel était faible, plus le risque de défaillance de l’entreprise était élevé. Ceci nous donne d’ailleurs une vision plus claire et réaliste des risques encourus par les banques et les financiers qui investissent dans la création ou la reprise d’entreprise.

Ce n’est donc pas pour rien que les conditions d’octroi de crédit se sont vu durcir avec la crise économique. Investisseurs et dirigeants savent désormais qu’aujourd’hui, les organismes de crédit ne financent plus la totalité d’un projet d’entreprise. Selon la nature de ce dernier, un apport de 20 à 30% sera demandé à chaque entrepreneur.

Il n’est pas rare que certaines activités exigent des apports personnels supérieurs. Il est cependant communément admis qu’un projet d’entreprise présentant un facteur risque contrôlé (régularité du secteur visé, stabilité du contexte économique…) se voit attribuer plus aisément un emprunt.

Les banques préfèrent à ce titre financer des investissements mobiliers et immobiliers aux dépens de biens immatériels jugés à moindre garantie. Sachez aussi que l’intérêt majeur d’investir dans votre entreprise est que vos efforts soient reconnus dans le capital engagé. En effet, vous allez vous démener pour faire aboutir le projet, il serait vraiment dommage que vos efforts ne vous fassent pas récolter le fruit de votre labeur.

Si vous n’avez pas suffisamment contribué au capital, votre statut de minoritaire peut vous faire retrouver sur le banc de touche. Les autres investisseurs n’auront donc pas de scrupules à vous écarter du projet malgré tout votre acharnement à faire prospérer la société.

Un minimum requis d’apport personnel est donc aussi une mesure de sécurité pour vous pour ne pas qu’on vous élimine du projet en cours de route. Sachez qu’il vous faudra définir le montant de votre apport personnel en fonction du montant du capital de l’entreprise ainsi que d’autres critères relatifs au projet, au secteur d’activité et à votre expérience dans l’entreprenariat.  

Il n’existe donc pas de règle générale à ce sujet. Sachez seulement que la proportion de cet apport contribue à l’équilibre de votre plan de financement. Ainsi, dans tous les cas de figure, l’apport personnel va limiter votre dépendance au crédit et réduire votre exposition si jamais les débuts du projet s’avéraient moins prometteurs qu’escomptés. Sachez également que vos fonds propres peuvent provenir d’un Plan d’épargne en action (PEA), si vous en êtes titulaires depuis moins de 5 ans. Vous avez ainsi la possibilité de profiter partiellement de cette épargne sans perdre aucun avantage fiscal si l’argent est utilisé dans un délai de 3 mois. Cet argent doit bien évidemment être destiné à la création ou la reprise d’une entreprise. Pour financer votre local commercial ou professionnel, il vous est possible d’utiliser votre épargne logement. Seule condition toutefois, ce local doit inclure votre logement principal.

En somme, il existe une panoplie de ressources financières adaptées au bon développement de votre future entreprise. Le capital de départ peut ainsi être constitué de plusieurs investissements mais aussi des apports personnels. Pour ces derniers, que ce soit votre argent, celui de vos collaborateurs ou de vos proches, sachez que c’est un passage indéniable pour se débrouiller d’autres types de financements indispensables. A vous donc d’opter pour la solution qui vous corresponde le plus. Et vous, comment avez-vous constitué votre manne de départ ?

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article