2015 : Rémunération des cadres dirigeants en hausse

2015 : Rémunération des cadres dirigeants en hausse

Gestion d'entreprise • Publié le lundi 16 février 2015
Vous souhaitez recruter la crème de la crème des Community Managers ? Le top des Directeurs Commerciaux ? La fine fleur des Responsables Administratifs et Financiers ? Pour vous, 2015 rime avec le lancement d’une nouvelle étape dans le développement de votre entreprise. Afin d’accompagner ce processus, vous souhaitez recruter et attirer les meilleurs à vos côtés. De quels outils user pour séduire les cadres dirigeants ? Comment garder ces talents ? Pour vous aider, nous vous proposons de passer en revue quelques techniques utilisées par les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et les grands groupes.
Le Cabinet Hays Executive, branche du célèbre cabinet de recrutement dédiée aux cadres dirigeants et aux experts, vient de publier la 5e édition de son Étude de rémunération nationale. Les résultats de cette analyse qui a pour objectif de dessiner les tendances des salaires des cadres dirigeants pour l’année à venir sont, en dépit de ce qu’est le marché de l’emploi aujourd’hui, sans équivoque : « les salaires des dirigeants sont en hausse aussi bien sur la partie fixe que variable », selon Christophe Dulhoste, manager pour Hays Executive. A titre d’exemple, pour 2015 le salaire fixe annuel d’un Directeur financier / DAF en PME ou ETI si situe entre 60-70 K€ pour un junior et 100-150 K€ pour un cadre disposant de plus de 8 ans d’expérience. Celui d’un Développeur foncier / Responsable de développement en immobilier privé est quant à lui compris entre 30-40 K € pour un débutant et 55-80 K€ pour un sénior doté de 5 à 8 ans d’ancienneté.

Individualisation des rémunérations et implication au capital des entreprises

Contrairement à ce qui s’est produit dans les années 90, nous assistons aujourd’hui au retour des entreprises françaises dans l’hexagone, et plus particulièrement des industries liées à la Haute Technologie ou à forte valeur ajoutée. Entreprises de Taille Intermédiaire et grands groupes rusent aujourd’hui d’imagination pour attirer et retenir les compétences clefs sur un marché de l’emploi plus tendu et très compétitif au niveau international. Si l’individualisation des rémunérations est pratiquée depuis déjà quelques années, sachez qu’elle est en progression. En parallèle, les entreprises incluent de plus en plus leurs collaborateurs au capital de la société de sorte à les impliquer et les fidéliser.


L’intérêt du poste et les perspectives d’évolution de plus en plus pris en compte

Comment lutter contre les ETIs ou les groupes à dimension internationale ? Notre perception du travail et nos critères de valorisation (aménagement du temps de travail, équilibre avec la vie personnelle, etc.) ont également profondément évolués. A titre d’illustration, sachez qu’à la question « Pour quelles raisons souhaitez-vous changer d’emploi ? » de cette même étude, si le principal motif évoqué est la rémunération (61 %), l’intérêt du poste (58 %) et les perspectives d’évolution (52 %) suivent juste derrière.

Les missions au sein des TPE et des PME n’ont rien à envier aux plus grosses entreprises en termes d’attractivité (responsabilité, polyvalence, etc.) et beaucoup de cadres dirigeants tendent à se diriger vers des structures de taille et aux valeurs plus humaines. N’hésitez pas à mettre tous ces atouts en avant ! Ajoutons à cela une bonne connaissance des stratégies pratiquées par les grands groupes, vous avez toutes vos chances de tirer votre épingle du jeu.

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61