Les jeunes et l’entrepreneuriat : une histoire d’amour ?

Création d'entreprise • Publié le mardi 19 mai 2015
Les jeunes et l’entrepreneuriat : une histoire d’amour ?
660 000. C’est le nombre de jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans en 2020 selon le Mouvement pour les Jeunes et les Etudiants Entrepreneurs (Moovjee), suite à un sondage OpinionWay réalisé en partenariat avec l’APCE et le CIC en janvier 2015. Retour sur une étude aux résultats enthousiasmants et bilan des aides offertes aux jeunes créateurs d’entreprises.

34% des lycéens et étudiants envisagent de créer leur entreprise

Pour 13%, le pas pourrait même être fait pendant leurs études ou juste après la fin de leurs études ! Voilà des résultats qui donnent du baume au cœur même si les entrepreneurs en place depuis quelques années doivent se dire « pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »… Car si ces jeunes qui s’imaginent entrepreneurs ne connaissent peut-être pas les aléas, les difficultés et les embrouillaminis administratifs qu’impliquent l’entrepreneuriat, on ne peut que se réjouir de voir que l’entreprise séduit les jeunes et que le travail ne les effraie pas.
D’ailleurs, la bonne nouvelle, c’est qu’ils sont optimistes, nos jeunes. Ils sont 43% à estimer avoir une capacité de travail qui joue en leur faveur et 38% à considérer que l’appui de leur entourage est pour eux un atout.
Ceci dit, tout cela ne les rend pas angéliques ni naïfs puisqu’ils ont parfaitement conscience d’une part que leur statut de jeunes les pénalise en ce qui concerne le capital de départ nécessaire pour se lancer dans la création d’entreprise et d’autre part que le contexte économique n’est pas optimal, ce qui pourrait les freiner. Quant à leurs motivations, elles sont toutes personnelles, l’argent n’entre pas (encore) en ligne de compte :

  • Etre libre de décider pour 90% d’entre eux !
  • Faire leurs propres expériences pour 89% d’entre eux
  • Montrer leur potentiel (ou se montrer leur potentiel…) pour 86% d’entre eux

Mais du coup, entre les freins, leurs motivations et leur envie d’entreprendre, ils considèrent, pour plus de 70% d’entre eux, que c’est aux banques et aux organismes de financement de les soutenir (ce en quoi on est tenté de les rejoindre, évidemment).
Le seul problème, c’est qu’ils sont une majorité à ne pas connaître les autres organismes qui peuvent les aider à se lancer dans la création d’entreprise ! Seuls 28% d’entre eux connaissent BPI France et l’APCE et seulement 19% ont déjà entendu parler des dispositifs aidant les créateurs d’entreprises.
Réparons donc cette lacune !

Les aides pour les jeunes entrepreneurs

Bien évidemment, en premier lieu, les jeunes entrepreneurs peuvent bénéficier de toutes les aides accessibles aux créateurs d’entreprise en général.
Egalement, pendant leurs études, ils peuvent bénéficier du statut d’étudiant-entrepreneur, auquel nous avons déjà consacré une fiche.
Mais il existe également des dispositifs particuliers

  • Créa jeunes, accompagnement et financement, accessible aux jeunes ayant entre 18 et 32 ans. Proposé par l’Adie, ce dispositif inclut une formation de 1 à 4 mois, un accompagnement par des professionnels et un suivi de 18 mois après la création d’entreprise. Il est également possible, en fonction des situations, de bénéficier d’un financement à la préparation et au lancement du projet ainsi que d’un prêt personnel à taux zéro.
  • Cap’jeunes : Le dispositif offre un accompagnement renforcé ainsi que d’une prime de démarrage (de 2000€ quand même, non remboursable, puisqu’il s’agit d’une prime). Accessible aux moins de 26 ans.
  • Jeune Entreprise Universitaire : sous condition, une entreprise détenue par un ou plusieurs étudiants ayant au moins un master, ce dispositif permet d’obtenir des avantages fiscaux et sociaux.

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61