Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer

Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul

Publié le lundi 4 mars 2013, mis à jour le mardi 22 mars 2016

Tout chef d’entreprise gestionnaire se doit de connaître son seuil de rentabilité et par déclinaison son point mort. Que l’on soit créateur, repreneur ou chef d’entreprise, ne pas connaître son seuil de rentabilité reviendrait à partir en mer sans boussole ni gouvernail et au gré du vent.  

Quelques définitions

Le seuil de rentabilité est le montant du chiffre d’affaires HT à réaliser au cours d’une période pour atteindre un équilibre, c’est-à-dire un résultat égal à zéro (le total des charges = le total des produits).
Quand le seuil de rentabilité est dépassé la société réalise des bénéfices
Quand le seuil de rentabilité n’est pas atteint la société réalise une perte.
Le seuil de rentabilité peut se décliner en nombre de jours de CA, en nombre de mois et/ou en quantité de produits à vendre…. Cette déclinaison est appelé alors le point mort.

Le calcul du seuil de rentabilité

La méthode de calcul la plus simple et la plus répandue est la suivante :

  • Déterminer le montant des Charges Fixes (CF) : il reste constant quelque soit l'évolution de l'activité comme l'assurance, le loyer, les impôts, les charges financières. Penser à  intégrer  les amortissements à venir (en reportant le montant des amortissements du dernier bilan ou en obtenant le montant auprès de l’expert en cas de création au  regard des investissements amortissables en fonction des années)
  • Déterminer le montant des Charges Variables (CV) : il varie proportionnellement à l'évolution de l'activité comme l’achat des marchandises destinées à être revendues ou transformées
  • Déterminer le Chiffre d’Affaires prévisionnel (CA)
  • Calculer la Marge sur Coûts Variables (MCV) : MCV = CA-CV
  • Calculer le Taux de Marge sur Coûts Variables (TMCV) : TMCV = MCV/CA
  • Calculer le Seuil de Rentabilité (SR) : SR = CF / TMCV
  • Calculer le Point Mort en nombre de jours (PM) : PM= SR / (CA annuel/360)

Quelques exemples pour différentes activités

Une pizzéria

- Charges fixes (CF) = 60 000 € HT 
- Charges variables (CV) = 27 500 € HT 
- CA réalisé en N-1 : 110 000 € HT
- Marge sur coût variable (MCV) = 110 000 - 27 500 = 82 500€
- Taux de marge sur coût variable (TMCV) = 82 500 /110 000 = 0.75 

Son seuil de rentabilité est donc =  60 000/0.75 = 80 000 € de CA

- le prix moyen d’une pizza  est 12.5€ HT
- Son point mort en quantité est donc de : 80 000 / 12.5 = 6 400 pizzas. 

Exemple de Point en mort en nombre de jours de CA

- Point mort = Seuil de rentabilité / (Chiffre d’affaire annuel /360)

80 000 / (110 000/360)
80 000 / 305.55
261.82 Jours
A partir du 262ième jour, l’entreprise commence à réaliser des bénéfices.

Une profession libérale

Le calcul est plus simple : il n’y a pas de charges variables. Le seuil de rentabilité est égal au montant des charges fixes (CF).
Cependant dans ce type d’activité, on vend généralement un tarif horaire. Le point mort se décline de la façon suivante : 
- Charges fixes  =  50 000 €  Seuil de rentabilité
- Tarif à l’heure =  80 €
- Nombre d’heure à vendre = 50 000 /80  =  625 heures 

Un créateur


Sans historique de CA, il convient de calculer son taux de marge et/ou son tarif horaire (en regard de de la profession, concurrence, cible de clientèle et bien sûr de ses coûts matière première, CV + CA)
Dans le cas d’un créateur de pizzéria, calculer le coût d’une pizza pour déterminer le prix de vente et connaitre la marge.

La présentation face aux banquiers


Le seuil de rentabilité et/ou le point mort sont des notions essentielles à la présentation d’un bon dossier (Business Plan ou Prévisionnel) au banquier pour toute demande de prêt et de présentation de son activité.
Je vous conseille de le faire apparaître séparément de l’étude de marché et annexé au budget prévisionnel. Pour un prévisionnel à 3 ans, il est impératif de calculer le seuil de rentabilité pour chaque année en faisant décliner et apparaître le point mort en CA et en nombre de jours travaillés à l’année afin d’exposer la mesure factuelle du projet et l’adéquation entre les idées/l’homme/le projet/la réalisation. 
Exemple de présentation :

  Année 1 Année 2 Année 3
Seuil de rentabilité 80 000 € 77 000 € 75 000 €
Nombre de jours de CA 262 250 245

L’utilisation d’un graphique peut s’avérer judicieux car il permettra de donner un visuel beaucoup plus parlant à votre banquier qui pourra ainsi mieux se projeter sur l’évolution de la rentabilité de votre activité. 

Les avantages du calcul du seuil de rentabilité

L’intérêt n’est pas tant de faire bonne impression devant son banquier ou tout autre partenaire, mais de permettre de définir l’objectif à atteindre sur une période donnée. Le seuil de rentabilité permet de fixer des objectifs et de mettre les plans d’actions appropriés au CA à développer.

A chaque modification intervenant sur l’exploitation de l’entreprise (ex : investissement, embauche d’un salarié, charge supplémentaire imprévue…), le chef d’entreprise doit recalculer son seuil de rentabilité afin de réajuster sans cesse et de prendre les décisions qui s’imposent pour rééquilibrer l’activité. 

Quelques conseils supplémentaires

  • Toujours raisonner en HT (la TVA n’est ni un enrichissement, ni un appauvrissement pour la société)
  • Pour le calcul des charges fixes, penser à arrondir au montant supérieur (en prévision des augmentations chaque année) 
  • Penser à prendre en compte l’imprévu pour éviter les désagréments (ex : un matériel qui se détériore avec le temps ; la casse ; des indemnités pour un employé qui part…) Eviter  ainsi les pertes de productivité
  • Calculer le seuil de rentabilité par sous activité en fonction des différentes sources de production afin de permettre à chaque équipe ou BU (Business Unit) d’avoir ses propres objectifs
  •  Ne pas hésiter à décliner le point mort par trimestre, par mois et par jour (en regard de N-1 par exemple) et surtout de suivre ces chiffres régulièrement pour éviter le scénario catastrophe et permettre d’anticiper un maximum.

Conclusion

« Nul vent n’est favorable à celui qui ne sait où il va » Sénèque. 

Publicité

Une question pour votre projet ?

Recevez un appel en 1h et rencontrez GRATUITEMENT un expert