/P-2309-136-G1-les-critiques-adressees-aux-politiques-de-la-concurrence-la-critique-antiliberale.html
AccueilLes critiques adressées aux politiques de la concurrence : la critique antilibérale

Les critiques adressées aux politiques de la concurrence : la critique antilibérale

Publié le 7 avril 2015

 

Besoin d'aide pour piloter votre entreprise ?
Appelez-moi !
Viven BINAMICKA
Prendre rendez-vous
Aujourd’hui, les adversaires de la concurrence mettent l’accent sur les coûts.

Les coûts liés à la production : dans un système concurrentiel, chaque entreprise peut choisir de développer ses propres infrastructures (bâtiments, centres de recherche, usines, parfois réseaux…). Dans de nombreux cas, les gaspillages peuvent être considérables.
 
Les coûts liés à la commercialisation : en situation de concurrence, la lutte pour la conquête de nouveaux clients ou de nouveaux marchés nécessite des dépenses considérables (publicité, démarchage…) qu’un monopole, a fortiori public, n’aurait pas à financer. Toutes ces dépenses n’apportent rien à la qualité du produit, mais représentent une partie importante du prix final payé par le consommateur.
 
Les coûts liés à la rémunération du capital : une partie du prix payé par le consommateur sera consacrée aux dividendes des actionnaires si l’ensemble des opérateurs sur le marché sont privés.
 
Les coûts de la recherche d’information : pour le consommateur, déterminer l’offre la plus adaptée peut représenter un coût individuel très important dans des domaines où la comparaison des prix, les capacités des nouveaux entrants à assumer les services proposés sont difficiles à déterminer.
 
Les coûts du maintien de la situation de concurrence : les études empiriques consacrées aux tentatives de faire fonctionner un « marché parfait » témoignent de l’hypercentralisation des décisions qu’un tel mode de fonctionnement implique.
 
Trouvez-vous cette fiche utile ?
8/10
Besoin d'aide pour piloter votre entreprise ?
Appelez-moi !
Viven BINAMICKA
Prendre rendez-vous