La restauration : Prévention des risques professionnels

La restauration : Prévention des risques professionnels

Gestion d'entreprise • Publié le mardi 27 mai 2014, mis à jour le jeudi 24 janvier 2019

Le coût des accidents du travail dans la restauration était estimé en 2011 à 91 millions d’euros par an ! Or, ce coût est directement répercuté sur les cotisations des professionnels du secteur et induit des coûts indirects liés à la formation des remplaçants, à la baisse de productivité de l’entreprise, etc. La prévention des risques professionnels dans la restauration est donc un élément indispensable à la rentabilité d’un restaurant. Quelques conseils.

41% des accidents liés aux chutes et glissades

Aussi surprenant que cela puisse paraître, 41% des arrêts de travail liés à des accidents dans la restauration sont dus à des chutes (en hauteur ou de plain-pied) et des glissades. Il s’agit donc du premier type d’accidents à éviter. Cela tombe bien, car c’est aussi le plus simple à gérer efficacement et à moindre coût.

La première des choses est donc de mettre en place des dispositifs permettant d’éviter de manière drastique les glissades. Pour cela, la solution est simple :

  • Equiper cuisines et salles de sols antidérapants. C’est évidemment plus facile en cuisines où l’esthétique importe peu. C’est aussi là où les risques sont les plus élevés. En salles, vous pouvez opter pour des sols plus stables (quoique plus salissants et coûteux à entretenir) comme de la moquette ou, plus facilement des carrelages antidérapants.
  • En cuisines en particulier il est important de prévoir des dispositifs d’évacuation des eaux sur le sol par des bouches d’évacuation, des pentes convenablement conçues et l’utilisation de raclettes. En salle, vous pouvez imposer une procédure simple : tout renversement de liquide ou de gras au sol doit être le plus rapidement possible nettoyé ET séché.
  • Equipez les portes de liaison entre cuisine et salle de hublots ou utilisez des portes battantes basses qui permettent une meilleure visibilité des serveurs.
  • Veillez à un éclairement correct de tous les espaces de travail.

Il est important également de noter que de nombreux accidents surviennent à cause d’une incapacité (ou d’une capacité médiocre) du personnel à organiser convenablement les déplacements dans le restaurant. Si tel est le cas, il faut alors analyser dans le détail les déplacements lors d’un service pour pouvoir ensuite fournir des indications, conseils et consignes clairs aux serveurs sur ce point. Une circulation optimale de vos serveurs peut permettre de réduire considérablement les accidents. D’où l’importance également de veiller à un recrutement efficace.

28% des accidents liés à la manutention

La réception, le stockage et la manutention des marchandises et matériels de service, mais aussi le travail en cuisine provoquent également 28% des arrêts de travail. Le plus souvent, ces arrêts sont liés à des traumatismes musculo-squelettiques. Il est donc important de veiller à ce que :

  • Les salariés disposent de matériel de manutention si les colis sont trop lourds.
  • L’économat soit convenablement organisé avec des rayonnages efficaces
  • Les postes de travail et les équipements du personnel de cuisine soient adaptés aux tâches réalisées.

Seulement 11% des accidents liés aux outils tranchants

Finalement, les accidents liés aux objets tranchants ne représentent qu’une part réduite des accidents du travail dans la restauration. Il est cependant important évidemment de veiller à ce que les trancheuses par exemples et autres robots de cuisine disposent de leurs protections respectives et que le personnel les utilisent convenablement.

Dans tous les cas, c’est un respect strict des consignes d’entretien et de sécurité par les salariés qui garantit une réduction des accidents de travail. La prévention des risques professionnels dans la restauration passe donc évidemment par un encadrement des salariés et la mise en place d’un règlement intérieur rigoureux et précis.

CAS PRATIQUE 

Découvrez comment Vincent Cordonnier à aider un patron d'entreprise (boulanger-pâtissier) situé dans la région Haut-de-France.

Situation de départ : 

Lorsque j’ai été contacté par mon client, sa demande était simple : Il n’avait pas de Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels affiché ou disponible dans son entreprise. Dans le cas d’une visite de l’inspection du travail de sa région, ce chef d’entreprise risquait de 1 500 € à 3 000 € d’amende. 

Les actions menées : 

Il a fallu faire deux choses très simples : rédiger et rendre le document obligatoire visible. Puis j’ai proposé au dirigeant de former rapidement et nommer un « Référent Sécurité ». Il est désormais le garant des bonnes pratiques sur cette thématique. 

Les résultats : 

Non seulement l’entreprise est conforme à la réglementation mais le dirigeant évite une éventuelle amende de 1 500 €.

Vous vous reconnaissez ? Cette situation ressemble à la vôtre ? 

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61