Quel type de statut choisir pour démarrer une activité de trading ?

Création d'entreprise • Publié le vendredi 27 novembre 2020
Quel type de statut choisir pour démarrer une activité de trading ?

Le trading est un monde qui peut potentiellement offrir de nombreuses opportunités. Il est d’ailleurs possible de travailler pour des fonds d’investissements, dans un cabinet de courtage ou encore à son compte. Voyons ensemble quel est le meilleur statut pour démarrer une activité de trading de la meilleure des manières.

Comment choisir un statut pour le trading en ligne ?

Avant de parler des statuts, il faut tout d’abord se poser la question des éléments à prendre en compte pour bien choisir. En effet, en France, l’impôt sur les sociétés est moins bas que sur les particuliers. C’est donc le premier élément à prendre en compte dans le choix du statut. Le taux d’imposition varie fortement d’un type d’entreprise à une autre et selon le profil de l’entrepreneur.

Pour finir, que cela soit pour faire du cfd trading ou encore pour des actions en bourses, l’activité peut aussi faire varier le taux d’imposition. D’une manière générale et pour s’assurer du bon choix de statut, nous vous conseillons de faire appel à des professionnels.

Quels sont les types de statuts possibles pour commencer à trader ?

Pour faire de l’entreprenariat dans le trading, il existe de nombreux statuts différents. Effectivement, le premier statut, le plus simple à utiliser et le plus courant, c’est l’auto-entreprise.
En effet, ce régime permet une flexibilité totale est des charges bien moins élevées que les autres types de sociétés. De plus, grâce à l’ACCRE, vous pouvez potentiellement être dans la possibilité de ne pas payer de charges pendant 1 an, voire plus. Néanmoins, ce type de structure ne permet pas de dépasser un chiffre d’affaires de plus de 70 000 euros bruts par an et ne permet pas non plus de s'associer.

Par ailleurs, il est possible d’opter pour l’EURL qui est une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée. Concrètement, ce type de société permet de déterminer librement le montant du capital. De plus, c’est un régime qui permet de choisir entre l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés qui disposent tous deux d’une fiscalité différente.

La fiscalité française au cœur des débats

La fiscalité du trader dépend surtout de l’intensité du travail. En France, il est possible de faire la différence entre les traders occasionnels et professionnels. Pour les personnes qui font du trading une activité occasionnelle, la fiscalité n’a pas d’importance. À l’inverse, si vous décidez de faire du trading en tant que professionnel, la fiscalité est extrêmement importante. Vous allez donc être obligé de payer l’impôt sur le revenu en incluant une taxation progressive et vous allez devoir déclarer vos profits non-commerciaux.

L’activité du trading professionnel est soumise à trois impôts :

  • L’impôt sur les bénéfices avec un taux qui peut varier entre 15 % et 30 %,
  • La taxe sur les dividendes des actions avec un taux de 34 %,
  • Les impôts sur les charges sociales qui peuvent représenter entre 10 % et 15 %.

Au total, les taxes pourront atteindre jusqu’à 45 % de votre chiffre d’affaires. Par ailleurs, la fiscalité française permet de bénéficier d’exonérations et de réduction d’impôts selon votre profil et votre activité. Pour conclure, afin de connaître tous les tenants et les aboutissant de la fiscalité, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de professionnels. 

Cette fiche répond-elle
à votre question ?

À lire également

Piloter son épargne et son investissement
Gestion d'entreprise
Le 11 Juin 2020

Piloter son épargne et son investissement

Trésorerie : 3 placements clés à court terme
Création d'entreprise
Le 20 Mars 2016

Trésorerie : 3 placements clés à court terme

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61