Le contrat d'alternance, solution à l'emploi des jeunes dans les TPE-PME ?

Gestion d'entreprise • Publié le lundi 8 juin 2015 par
Le contrat d'alternance, solution à l'emploi des jeunes dans les TPE-PME ?
En France, le taux de chômage des jeunes avoisine les 25%. Quand ils bénéficient d'un contrat d'alternance en entreprise, 62 % des jeunes ont un emploi sept mois après leur formation(1). Josiane Parnet, correspondante locale Petite-Entreprise.net, fournit les 4 clés d'un contrat d'alternance réussi pour répondre au fléau du chômage des jeunes.

Les petites entreprises plus exposées aux ruptures de contrat

Si l'efficacité du contrat d'alternance n’est plus à prouver, la vigilance reste de mise puisqu’un contrat sur 5 est rompu avant terme(2). Les petites entreprises sont plus sujettes aux ruptures (29% pour les entreprises sans salarié, contre 11% sur celles de plus de 500). Tout semble se jouer dans les deux premiers mois. En tant que correspondante locale Petite-Entreprise.net, j'agis directement auprès des dirigeants pour les former à l'accueil et au suivi d'un nouveau salarié en contrat d'alternance. Voici 4 recommandations essentielles que je donne aux chefs d'entreprises.

Définir les objectifs pour l'entreprise

Pour la petite entreprise, l’alternance est le plus souvent un bon test avant l'embauche réelle. L'alternance peut aussi être utilisée pour lancer un nouveau produit ou un projet de développement. Entre tester un projet ou une personne en vue de l'embaucher, il faut que le dirigeant identifie clairement ses objectifs prioritaires.

Savoir recruter l'alternant

Dans une petite entreprise, une erreur de casting coûte cher en temps et en argent. La compétence s’acquiert, la motivation pas vraiment. Il est utile de questionner le jeune sur son objectif prioritaire dans l'alternance. Nombre de tuteurs sont déçus : étant eux-mêmes passionnés par leur métier, ils ont envie de transmettre cette passion, parfois sans réciprocité, et s’épuisent.

S'adapter au profil des jeunes

La relation de confiance est un point clé avec les jeunes générations : comprendre leurs codes est nécessaire pour se faire comprendre, et obtenir le niveau d’exigence métier requis, lequel ne se négocie pas. Olivier V ; répond à son tuteur « je sais » à la fin d’une explication. Ce dernier explose « c'est inadmissible, pour qui te prends tu, tu es loin de tout savoir etc.”. L'anecdote a fait le tour de la société. Or Olivier, ébranlé, précise que, je sais, signifie tout simplement « j'ai compris ». 

Effectuer un vrai suivi de l'alternant

Cette nécessité s’affirme davantage quand il y a plusieurs alternants dans l’entreprise. Sans recherche de solutions en temps réel face aux problèmes, les situations se détériorent et aboutissent à des ruptures de contrat, parfois coûteuses « il faisait de l’internet payant une bonne partie de la journée, il était un peu livré à lui-même. Je l’ai licencié il est allé aux prud'hommes et a gagné» souligne un dirigeant.

Dans un monde où s’adapter vite et bien est une question de survie, le contrat d’alternance contribue à faire bouger les lignes. Comme n'importe quel outil, il faut simplement savoir s'en servir (l'accompagnement du tuteur, dans ce cadre, nous semble essentiel) pour en tirer les bénéfices pour l'entreprise et le salarié.

(1)Source DEPP note information N°14 avril 2015
(2)Source EFIGIP, décembre 2010

Ces conseils vous ont été offerts par Josiane Parnet, Correspondante Locale Petite-Entreprise.net en Rhône-Alpes (38). Experte en management RH et en trésorerie, Josiane Parnet a déjà créé sa propre petite entreprise dans le bâtiment, et a décidé de partager son expérience avec d'autres entrepreneurs. 

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61