/fiches-pratiques-tpe-pme/entreprise-en-difficulte/accompagnement-dirigeant/comparatif-des-trois-meilleurs-placements-de-tresorerie-pour-son-entreprise-petite-entreprise-net
AccueilFiches pratiquesAvoir de la trésorerieAccompagnement du dirigeantComparatif des trois meilleurs placements de trésorerie pour son entreprise

Comparatif des trois meilleurs placements de trésorerie pour son entreprise

Accompagnement du dirigeant Publié le 7 février 2022

Pour le placement d’une trésorerie d’entreprise, il est important de se projeter et de se poser les bonnes questions.

Combien vais-je placer ; Où est-ce que je vais placer ; Sur quelle durée ; Suis-je sûr de pouvoir bloquer mon argent un certain temps ; J’aimerais conserver une certaine liquidité, est-ce possible?

Cela est tout à fait légitime de se poser ces questions lorsque l’on sait que la trésorerie fait partie des ressources nécessaires pour faire fonctionner et prospérer une Entreprise.

Découvrez notre comparatif des trois meilleurs placements de trésorerie d’Entreprise :

Besoin de trésorerie en urgence ?
Appelez-moi !
Véronique HENRY
Prendre rendez-vous

Contrat de Capitalisation Personne Morale

Le contrat de capitalisation est en quelque sorte le cousin de l’assurance vie. Le fonctionnement et la gestion sont les mêmes que pour un contrat d’assurance vie, c’est-à-dire que l’on peut y placer sur les mêmes supports (fonds euros ou unités de compte) et avoir des gestions libres, profilées ou sous mandats. Les frais sont également les mêmes. Là où les différences se font, c’est surtout sur la fiscalité et l’absence de bénéficiaire en cas de décès.

C’est donc un outil très intéressant pour les dirigeants d’entreprise qui souhaitent répondre aux objectifs de placement de trésorerie, de liquidité, de développer les capitaux disponibles dans une société à l’IS voire préparer une éventuelle transmission.

Les principaux avantages sont :

  • La disponibilité du capital qui permet d’effectuer des rachats ou des avances à tout moment ;
  • La diversification du patrimoine de l’entreprise grâce aux unités de comptes (actions, obligations et immobilier) ;
  • Les différents types de gestions : simple, profilée ou sous mandat ;
  • La sécurisation du capital grâce aux fonds euros qui offre une meilleure rémunération que le compte à terme ;

Les principaux inconvénients sont :

  • La stratégie de placement, moyen à long terme ;
  • La possibilité de perte en capital en raison des variations des marchés ;
  • Les différents frais liés à l’entré, l’arbitrage et la gestion du capital investi ;
  • Les frais de remboursement anticipé peuvent être rencontrés si investissement inférieur à quatre ans sur le fonds euros.

Investir sa trésorerie excédentaire dans l’Usufruit de parts de SCPI

Généralement acquises en pleine propriété, les parts de SCPI peuvent aussi être acquises démembrées, c’est-à-dire en achetant la nue-propriété des parts ou bien l’usufruit des parts de la Société Civile de Placement Immobilier.

L’usufruit sur des parts de SCPI permet à celui qui est usufruitier de percevoir les loyers d’un bien détenu en usufruit. Elles sont acquises uniquement de manière temporaire, la durée de détention est définie et donc connue à l’avance. La détention de l’usufruit de parts de SCPI se fait de 3 à 20 ans. Le coût de la part de SCPI en usufruit varie en fonction de la durée de détention et représente un certain pourcentage de la pleine propriété. Plus la durée de détention sera courte, plus la valeur de l’usufruit sera faible et inversement. Le rendement restera le même.

Cependant, à l’extinction de l’usufruit, le détenteur de parts perd ses droits et ne reçoit plus les loyers. Il faut également se mettre à l’esprit que l’investissement sur des parts de SCPI en usufruit est un investissement à fonds perdus. Seuls les loyers perçus constituent, à terme, le capital avec plus-value.

Les principaux avantages sont :

  • C’est un placement qui peut se réaliser avec de faibles montants ;
  • La perception de loyers réguliers et immédiats ;
  • Les loyers sont calculés sur la base de la pleine propriété ;
  • La société se charge de la gestion locative ;
  • L’amortissement de l’usufruit est envisageable et limiter l’impact fiscal sur les loyers.

Les principaux inconvénients sont :

  • La stratégie de placement, moyen à long terme ;
  • Les frais de souscription et de gestion parfois élevés ;
  • Le capital placé n’est pas récupérable, il faudra attendre le terme de l’usufruit pour récupérer son capital et les bénéfices ;
  • L’expiration de l’usufruit ne donne plus droit à la perception des loyers ;
  • Un investissement à fonds perdus, impossibilité de récupérer le capital avant l’échéance.

Le crowdfunding immobilier

Le crowdfunding est un type de financement alternatif aux grands classiques comme le prêt bancaire ou la sollicitation d’organismes de crédit. Ce terme se traduit par le financement participatif en français. Cela veut dire toute personne physique ou morale, et ce peu importe son activité, peut participer au financement de projets immobiliers.

Le mécanisme du crowdfunding immobilier est le suivant :

Le promoteur immobilier fait une levée de fonds, c’est-à-dire qu’il va chercher un moyen pour obtenir un capital avant le lancement de son projet. Cela se fait à travers une plateforme dédiée (il en existe plusieurs) où les personnes souhaitant investir pourront faire leur apport en capital au projet immobilier qu’elles auront choisi. Les investisseurs choisissent le projet à l’avance et ont accès aux informations communiquées par les promoteurs immobiliers telles que la durée du projet et le capital nécessaire.

La personne ayant investi dans un projet immobilier via une plateforme de crowdfunding, se verra percevoir, selon la durée du projet qui varie de 12 mois à 24 mois, des intérêts annuels de l’ordre de 10% en moyenne. Elle recevra à terme du projet, lors de la vente des lots par le promoteur, son capital initialement placé.

Si cela s’apparente à une sorte de “crédit In Fine”, en réalité, le financement participatif d’un projet immobilier est un prêt obligataire.

Les principaux avantages sont :

  • La courte durée de placement ;
  • La possibilité de percevoir un rendement très attractif sur une courte durée ;
  • Le financement direct d’un projet immobilier ;
  • La réduction d’impôts en cas de dons ou de souscription au capital de PME.

Les principaux inconvénients sont :

  • Le risque de perte en capital. Il est possible que le projet n’aboutisse pas pour différentes raisons ;
  • Le retard de paiement à l’issue du projet ;
  • La perte en liquidité. Il est toutefois possible de céder les parts sur le marché secondaire, une solution incertaine qui demande d’attendre qu’un acheteur se manifeste ;
  • Un investissement à fonds perdus, impossibilité de récupérer le capital avant l’échéance.
Trouvez-vous cette fiche utile ?
7/10
Besoin de trésorerie en urgence ?
Appelez-moi !
Véronique HENRY
Prendre rendez-vous