Que faut-il penser des séminaires d’entreprises ?

Gestion d'entreprise • Publié le vendredi 17 février 2012
Que faut-il penser des séminaires d’entreprises ?
Longtemps considéré comme un outil de « team building » indispensable et incontournable, le séminaire d’entreprise suscite aujourd’hui des interrogations quant à son utilité, certes, mais surtout, quant à son efficacité.

L'efficacité des séminaires d'entreprise remise en cause ? 

Pour les salariés aussi bien que pour les chefs d’entreprises, le séminaire d’entreprise n’est plus l’outil miracle qui consolide l’équipe et rapproche les distances entre les dirigeants et leurs collaborateurs, contrairement à l’avis des coachs professionnels qui estiment que son efficacité ne doit pas être mise en doute.

En effet, au fil des ans, le séminaire d’entreprise est devenu une pratique courante au sein des entreprises qui rivalisent d’ingéniosité pour trouver la meilleure idée de séminaire, choisir des destinations exotiques ou opter pour des activités sportives ou artistiques qui sortent de l’ordinaire. Or, toute cette organisation fait, souvent, oublier aux responsables, c’est-à-dire, les dirigeants, le but premier de ce genre de réunions entre collègues et collaborateurs qui revêtent un aspect professionnel, malgré leur caractère informel et détendu. Ce type de réunions qui dure le temps d’un week-end ou même une seule journée est, également, appelé « séminaire de motivation » ou « séminaire de cohésion d’équipe ».

Les objectifs des séminaires d’entreprises

A l’origine, le séminaire d’entreprise avait pour objectif de permettre aux salariés travaillant ensemble dans la même entreprise de faire plus ample connaissance afin de faciliter les rapports entre collègues mais également, avec la hiérarchie. En théorie, le séminaire d’entreprise vise à créer la cohésion dans une équipe, en réunissant ses membres dans un cadre détendu, et dans une atmosphère qui les rendrait plus réceptifs aux messages de la direction, quelles que soient leurs natures.

Néanmoins, la pratique a démontré que ce résultat était rarement obtenu, malgré les efforts des organisateurs de ce genre de réunions informelles qui redoublent d’imagination pour rendre les séminaires d’entreprise encore plus attrayants, aux yeux des employés invités à y participer.

A cet égard, il convient d’attirer l’attention sur une distinction existante, mais que peu de salariés connaissent, entre deux types de séminaires d’entreprise :

  • les séminaires de motivation : ce sont des réunions informelles, à caractère professionnel, qui ont lieu en dehors du cadre de l’entreprise et qui ont pour but essentiel de favoriser la cohésion de l’équipe. Ces séminaires peuvent intervenir pour faciliter l’intégration de nouveaux employés dans l’entreprise, pour accompagner un changement ou simplement, pour remotiver les troupes.
 
  • les séminaires de travail : ces réunions font partie des obligations professionnelles des salariés et revêtent un caractère obligatoire.

Par conséquent, participer aux séminaires de motivation demeure facultatif dans la mesure où le séminaire d’entreprise ne constitue qu’un simple outil de motivation et de cohésion et non pas un séminaire de travail. En même temps, cette conception du séminaire d’entreprise à laquelle les dirigeants sont attachés, empêche les salariés de refuser d’y participer, malgré toutes les réticences qu’ils peuvent avoir.

Qu'en pensent les salariés ?

Même s’ils considèrent ces réunions entre collègues et dirigeants comme une pure perte de temps, voire une corvée, la plupart des salariés se sentiront obligés d’y assister par peur d’être perçus - par la hiérarchie, notamment - comme des brebis galeuses qui refusent de s’intégrer au sein de l’équipe et donc, de l’entreprise. A propos de ce sujet paradoxal, certains experts en entreprise n’hésitent pas à clamer que les séminaires d’entreprise ne servent plus qu’à nourrir les égos disproportionnés de chefs d’entreprises autoritaires et narcissiques.

En effet, si la majorité des études menées dans ce sens démontre que les salariés sont de moins en moins intéressés par les séminaires d’entreprise quelle que soit leur forme (voyage, compétition sportive, cours de danse…), pourquoi continuer à les maintenir à tout prix ? Si la seule motivation des salariés pour y participer est la crainte d’être mal jugés par leurs supérieurs, quelle efficacité peut-on encore accorder à ce genre de réunions ?

Alors qu’ils sont censés être détendus et à l’aise, loin des contraintes formelles qu’impose le cadre de l’entreprise, les salariés sont, en fait, gênés de se trouver avec leurs dirigeants et leurs collègues, 24 heures sur 24, pendant deux ou trois jours. Vacillant entre le professionnel et le privé, le cadre informel du séminaire d’entreprise déstabilise les salariés bien plus qu’il ne les rassure. Loin d’être une aberration, cette affirmation se fonde sur des éléments concrets relevant, notamment, de l’attitude observée chez les salariés participants aux séminaires de motivation :
 
  • Le sentiment d’obligation : la peur d’être marginalisé pour cause de refus de participation à un séminaire d’entreprise enlève tout intérêt et toute utilité à ce genre de réunions. En effet, le salarié qui se sent obligé de participer à un séminaire de motivation, sans en ressentir réellement le besoin et encore moins le désir, ne tirera aucun bénéfice de sa présence. D’où, la nécessité de s’interroger sur l’efficacité des séminaires d’entreprise qui, malgré leur caractère facultatif, entraînent des conséquences néfastes en cas d’abstention.
D’autres sentiments peuvent naître, à l’occasion de ces séminaires de motivation. Des sentiments mitigés qui marquent l’ambivalence de ce genre de réunions :
 
  • La divergence d’opinions : les salariés participant à un séminaire d’entreprise ne sont pas forcément tous intéressés par les activités sportives proposées. En fonction de leur âge, de leur sexe ou de leur personnalité, certains salariés peuvent estimer que le karting, la chasse aux trésors ou les jeux de rôles ne conviennent pas à leur statut. Pire, ils peuvent considérer que tel ou tel sport est incompatible avec l’esprit de groupe et ne crée pas de cohésion au sein de l’équipe. En refusant d’y prendre part, ils « cassent » le processus fondé sur la participation collective et se mettent à l’écart, remettant ainsi en question l’efficacité de ce type de réunions professionnelles.
  • L’ennui : ayant accepté de participer au séminaire de motivation pour ne pas être marginalisés, d’autres salariés peuvent ressentir un malaise profond allant jusqu’à l’ennui, au cours de ce séminaire. La frustration de devoir participer à ces réunions professionnelles, quoi qu’informelles, qu’ils jugent, au fond, comme totalement inutiles ou inefficaces leur enlèvera tout intérêt à leurs yeux, ce qui explique le sentiment d’ennui et de vide qui les envahit, les empêchant d’en tirer profit.
Il existe, par ailleurs, un dernier sentiment que les salariés ont, souvent, du mal à exprimer, bien qu’il soit très courant, à savoir :
 
  • La gêne : n’en déplaise aux dirigeants qui organisent ces séminaires de motivation, de nombreux salariés se sentent mal à l’aise, voire même gênés, par la promiscuité de leurs chefs pendant un ou plusieurs jours d’affilée. Habitués qu’ils sont à rentrer chez eux après les heures du bureau pour changer d’ambiance et retrouver leurs familles, ils ne savent plus exactement quelle attitude adopter devant leurs supérieurs, détendus et en tenue décontractée.
Alors que ce dernier élément peut sembler anodin étant donné la nature des séminaires de motivation, le changement de la tenue vestimentaire des patrons peut troubler leurs salariés au point de les remplir de confusion.

Face à un Monsieur Durand en polo et pantalon toile qui discute et rit avec ses collaborateurs alors qu’il a l’habitude de le voir en costume trois pièces, le visage fermé, un salarié peut se sentir déstabilisé, ne plus « reconnaître » son patron. De quoi tomber dans les excès entre les remarques douces-amères de certains employés qui ne manquent pas de jeter un froid sur l’assemblée et l’absence de réserve qui ne passe pas inaperçue non plus.

Le revers des séminaires de cohésion

Ces débordements ne sont pas sans conséquences sur la vie professionnelle, voire la carrière, du salarié dans la mesure où ils peuvent nuire durablement à la réputation de leur auteur qui aura bien du mal à les faire oublier à ses pairs et notamment, à ses supérieurs. Ces constatations sont d’autant plus intéressantes qu’elles révèlent que, contre toute attente, les séminaires d’entreprises produisent, souvent l’effet inverse de celui qu’ils tendent à réaliser.

En effet, le séminaire de motivation est sensé créer (pour les nouveaux salariés), sinon développer (pour les plus anciens), le sentiment d’appartenance à l’entreprise afin d’approfondir l’engagement de l’ensemble des collaborateurs envers elle et de consolider leur implication dans le travail. Or, ce sentiment d’appartenance qui vise à entretenir la cohésion d’une équipe et à améliorer sa performance ne s’acquiert pas par la simple participation à un séminaire d’entreprise, contrairement à ce que bon nombre de patrons semblent croire.

Il s’agit d’un sentiment qui naît dans la durée et qui résulte de l’accumulation de plusieurs facteurs dont la participation à ce type de réunions qui permet de renforcer le lien entre les salariés et leurs dirigeants, et partant, avec leur entreprise.

Malgré les critiques, le séminaire d’entreprise demeure l’outil de « team building » le plus utilisé par les dirigeants qui cherchent, constamment, à maintenir et à améliorer la cohésion de leurs équipes, en vue d’optimiser leur rendement.

La plupart des coachs professionnels le conseille comme un moyen nécessaire, bien que souvent coûteux pour l’entreprise, pour favoriser l’intégration des salariés au sein de l’équipe et améliorer la performance collective. Or, s’il est vrai que les collègues de travail se côtoient tous les jours mais qu’ils ne se connaissent pas vraiment, il n’est pas dit qu’ils s’apprécieraient s’ils avaient l’opportunité de faire plus ample connaissance. D’où, le risque que les séminaires d’entreprises créent davantage d’animosité entre les membres de l’équipe que de cohésion. D’un autre côté, le séminaire de motivation a la particularité de constituer un temps fort dans la vie des salariés de l’entreprise puisqu’il permet de passer des messages qui vont dans les deux sens : ascendant et descendant. Quant à savoir si ces messages seront entendus, notamment par la hiérarchie, ceci est une autre problématique qui ne relève pas réellement de l’efficacité des séminaires d’entreprises mais plutôt, d’une question de communication.
 
Et pour finir, une petite adresse à l'air sympathique si vous souhaitez organiser un séminaire "au vert". Ca s'appelle Family-Ecolodge. Nous, on aime ! Vous avez de bonnes adresses ? N'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61