Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Ouvrir un commerce : comment choisir le bon emplacement ?

Attractivité du quartier, accessibilité, flux de piétons, surface, linéaire de vitrine, etc. Voilà les points à étudier pour trouver le bon emplacement, celui qui permettra à votre commerce de se développer. Nos conseils pour bien choisir l’emplacement de son commerce.


L’étude de marché : la clé indispensable

Il ne faut pas penser sa recherche de local commercial comme une recherche d’appartement : le coup de cœur est loin d’être le critère principal. Certes, vous pouvez craquer pour ce local avec son arrière-cour charmante et ses poutres apparentes pour votre restaurant, mais s’il est placé dans une rue étroite, loin des centres d’activité et sans possibilité de parking, alors il va falloir peut-être réfléchir à un autre emplacement.

L’étude de marché est l’élément objectif d’analyse des comportements et des acteurs économiques locaux qui vous permet de déterminer, de façon détachée et entièrement tournée vers le business, les quartiers à privilégier pour ouvrir votre commerce.

Une fois l’étude de marché faite, vous pouvez aller sur le terrain pour confronter vos idées sur un local à la réalité.

Les commodités

Possibilités de parking, transports en commun, largeur de la rue, taille du trottoir (eh oui, même ce détail compte énormément), etc. Voilà des éléments qui font la qualité d’un bon emplacement. Ici encore, ce local abordable, qui répond parfaitement à vos besoins mais qui est placé dans une rue étroite aux trottoirs étroits, en sens unique, très passante, dont les places de stationnement sont réservées à un côté de la chaussée est peut-être à abandonner…

Inversement, un local dans une rue piétonne, à 50/100 mètres d’un parking, à deux pas d’un arrêt de bus ou de tramway a, sur le papier, beaucoup plus d’atouts.

Un quartier en adéquation avec votre stratégie marketing

L’autre erreur à ne pas faire, c’est de se concentrer uniquement sur des données quantitatives et non sur des données qualitatives. Ce n’est pas en effet parce qu’une rue est très fréquentée par des piétons qu’elle vous apportera richesse et développement. Si vous proposez des produits/services haut-de-gamme et que vous vous installez dans une rue dont la fréquentation est majoritairement populaire, vous risquez de faire long feu…

La CCI et l’INSEE fournissent des données précises et à jour des caractéristiques socio-démographiques des différents quartiers et rues de votre ville. C’est à partir de ces données que vous sélectionnerez les bons quartiers pour ouvrir votre commerce.

La vie du quartier/de la rue

La concentration de magasins est également importante : les autres magasins génèrent un trafic dont vous pouvez bénéficier, même si ce sont des concurrents ! Dans cette logique, si votre budget vous le permet, recherchez des quartiers/rues avec une locomotive, un commerce qui à lui seul draine énormément de trafic.

Attention à la proximité : ce n’est pas parce qu’un local est situé dans une rue perpendiculaire à une grande rue passante, à seulement 20 mètres de l’angle, que vous bénéficierez du trafic de la rue principale ! Il est fort possible que personne n’emprunte jamais votre rue !

Observer sur le terrain

Voilà pourquoi il faut observer sur le terrain pour analyser le comportement réel des consommateurs, à différents moments de la journée, différents jours dans la semaine, différents mois dans l’année. Ce n’est qu’ainsi que vous saurez si telle ou telle rue est passante ou pas, à quel moment. C’est aussi de cette manière que vous saurez précisément de quelle direction viennent les passants, comment (à pied, en transports en commun, en voiture, en vélo).

Toujours un exemple : vous avez trouvé un local bien placé sur une rue passante, à 20 mètres à droite d’un arrêt de bus/tramway. Mais voilà : après observation sur le terrain, vous vous rendez compte que les passagers partent toujours à gauche ! Ils ne verront jamais votre vitrine !

Se renseigner sur les évolutions du quartier

Anticiper en demandant à la mairie les projets d’aménagements : s’il est prévu de changer le sens de circulation d’une rue, de la rendre piétonne, de la placer en sens unique, etc. il vaut mieux le savoir en avance. Car autant une rue qui devient piétonne peut amener des clients, autant une rue qui n’est plus accessible que dans un sens de circulation peut vite vous faire perdre du trafic !

Inversement d’autres projets peuvent à terme valoriser l’emplacement (construction d’un centre commercial, rénovation du bâti ancien, etc.). Cette étape est donc primordiale pour anticiper.

Publicité