Définition : l'audit externe

Coaching du dirigeant • Publié le jeudi 22 novembre 2012, mis à jour le jeudi 31 mars 2016
Définition : l'audit externe

A l’instar de toute organisation, une institution financière est tenue de faire un rapport détaillé de ses ressources et de ses activités. Elle doit mettre en place des processus comptables ainsi que des systèmes de contrôle qui reflètent la nature et les aboutissements de ses opérations.

La direction et le personnel d’une entreprise, par exemple, sont dans l’obligation de fournir des informations financières aux différentes parties concernées, notamment les membres du conseil d’administration et les investissements extérieurs (actionnaires, bailleurs de fonds).

Qu'est-ce que l'audit externe 

Pour que ces parties puissent obtenir une confirmation concrète de ces informations, ils ont alors recours à l’audit externe.

L’audit externe est mis en œuvre par un organisme indépendant chargé de vérifier la validité des informations communiquées aux parties par les institutions. Ainsi, l’audit externe se définit comme étant un examen indépendant et formel de la situation financière d’un organisme ainsi que de la nature et des résultats de ses activités. Cette étude est mise en œuvre par des commissaires aux comptes professionnels. Ils ont pour but de s’assurer de la pertinence des rapports de la direction et de la crédibilité des états financiers. Elle permet également de dresser la responsabilité des institutions dans la gestion des capitaux des bailleurs et d’objectiver les points faibles des suivis internes.

Les travaux d’audit externes peuvent varier énormément en fonction des objectifs. En effet, un auditeur externe est en mesure d’effectuer différents types d’audit :

  • Les audits des états financiers.
  • Les missions d’audit spéciales.
  • Les missions d’examen (procédures étant convenues à l’avance).
  • Les missions d’examen limité et de compilation.

Le type d’audit externe le plus répandu est l’audit des états financiers

Les états financiers sont composés du bilan de l’institution, son compte de résultats et les fluctuations de son état économique. Ils sont établis par des procédures comptables instaurées par les institutions. Ces organismes peuvent financer des audits des états financiers pour plusieurs raisons :

  • Les parties directement concernées par les états financiers (les bailleurs de fonds, la direction…) sont en droit de vouloir s’assurer que l’image reflétée par l’institution est bel et bien fidèle à sa situation réelle.
  • Une institution peut apporter la preuve de sa transparence. La confirmation de ses états financiers est destinée aux bailleurs de fonds, prêteurs ou investisseurs potentiels et fait appel à un organisme indépendant.

L’audit externe peut être imposé par la loi ou par certaines réglementations

  • Les organismes répertoriés comme étant des intermédiaires financiers sont tenus d’établir des états financiers audités. Dans certains pays, il est impératif que toutes les ONG (organisations non gouvernementales) présentent des états financiers audités qu’elles soient considérées ou non comme institutions financières.

Donc dans un audit des états financiers, l’auditeur est chargé d’émettre une opinion sur la situation financière d’une institution en vérifiant si elle est bien conforme aux normes comptables. L’étendue des travaux d’un auditeur se base sur :

  • L’examen des données qui justifient les montants et l’ensemble des éléments constituant les états financiers.
  • L’évaluation des normes comptables appliquées par l’institution.
  • L’analyse des principales estimations fournies par la direction.
  • L’étude de la présentation globale des états financiers.

L’auditeur a le choix d’émettre trois opinions 

  • une opinion sans réserve : stipule que les états financiers de l’institution sont représentés de façon transparente et fidèle. C'est-à-dire qu’ils ne comportent aucune anomalie significative.
  • une opinion avec réserve : reflète des problèmes de gestion qui ne permettent pas à l’auditeur d’exprimer une opinion sans réserve.
  • une opinion défavorable : est émise lorsque les normes comptables ne sont pas respectées et que les états financiers sont biaisés.

Enfin, il est important de savoir que l’audit externe est soumis à des « normes d’audit ».
Les normes d’audit prévoient que l’auditeur réalise un travail contentieux en vue de confirmer concrètement que les états financiers d’une institution ne présentent aucune anomalie significative. Une donnée est qualifiée de significative si son omission ou son inexactitude peut influencer la décision des destinataires des états financiers.

L’auditeur peut s’appuyer sur trois types de normes 

  • Les normes d’audit reconnues et mises en place par l’ordre professionnel des experts-comptables du pays ;
  • Les normes reconnues dans le pays où sont implantés des ordres professionnels de longue date (France, Etats-Unis…) ;
  • Les normes internationales d’audit (ISA, International Standards On Auditing)

Si l’auditeur a le choix, il est toujours préférable d’avoir recours aux normes internationales d’audit.

Enfin, il est primordial de différencier entre les audits externes et les contrôles menés par les autorités de supervision bancaire ou par la banque centrale. Le contrôle est une procédure réglementaire menée par un inspecteur. Son étendue est beaucoup plus étendue que celle des audits.

Cette fiche répond-elle
à votre question ?

À lire également

Avantages et inconvénients du coaching professionnel
Coaching du dirigeant
Le 4 Octobre 2018

Avantages et inconvénients du coaching professionnel

Comment déchiffrer vos comptes d’entreprise ?
Coaching du dirigeant
Le 8 Août 2013

Comment déchiffrer vos comptes d’entreprise ?

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61