Financements à court terme : avantages et inconvénients

Financements à court terme : avantages et inconvénients

Même s’il importe de posséder des capitaux de départ pour lancer son entreprise, beaucoup d’entrepreneurs préfèrent opter pour les crédits pour alimenter leur trésorerie. En fonction de la situation de votre entreprise ou des éventuelles difficultés qu’elle aura à traverser en termes de trésorerie, il existe une solution correspondant à vos besoins. Encore faut-il connaître tous les aspects des crédits proposés et leurs conditions d’utilisation. Voici donc une présentation des 4 principaux types de crédit à court terme disponibles. Quelles sont donc leurs modalités et leurs avantages et inconvénients ?

La facilité de caisse

Ce crédit permet de gérer ses sorties d’argent immédiates (charges et factures fixes, cotisations…) en fonction du décalage prévu pour les rentrées d’argent. Il consiste en une autorisation de découvert en compte transitoire. Il s’agit d’un crédit utilisable sur une courte période mensuelle prédéfinie. En effet, la signature d’un contrat stipulant les délais, périodes et taux d’intérêt est obligatoirement ultérieure à l’utilisation des facilités de caisse. Les délais et montants autorisés sont négociés et fixés en fonction des besoins d’exploitation connus ou prévus. Il y a une obligation de rebasculer vers une situation créditrice des comptes le reste du mois, une fois la période contractée dépassée. Les conditions des facilités de caisse convenues sont renégociées chaque année après la consultation de tous vos justificatifs de comptabilité (Bilan, compte de résultat…) pour convenir s’il y a besoin ou non de les moduler en fonction d’une évolution de votre activité.

La facilité de caisse est la solution de choix pour remédier à des décalages momentanés, imprévus et passagers. Il est toutefois important de savoir que vous ne pouvez pas l’utiliser tout le temps, car ça serait assimilable à un découvert permanent.

L’utilisation de ce crédit est soumise à des frais bancaires ainsi que des intérêts proportionnels à l’importance des sommes créditées et la longueur des délais de remboursement. Le décompte de ces agios se fait de manière trimestrielle et est connue sous le nom d’agios, lesquels seront prélevés directement sur vos comptes.

Il est du ressort de la banque de modifier ou résilier votre contrat de facilité de caisse quand bon lui semble, à condition de respecter la période de préavis réglementaire et de fournir les motifs de cette décision.

Le découvert

Le découvert est différent de la facilité de caisse dans la mesure où le compte n’est pas tenu de retrouver une situation créditrice après avoir perçu et utilisé l’avance sur compte convenue. Il est également utilisé sur de courtes durées, du moins selon des modalités contractées avant utilisation. La durée maximum de cette dernière est généralement de 1 an sans restriction de durée minimum. Il est le plus approprié pour certaines entreprises à activité cyclique dont le cycle d’exploitation exige d’avancer des charges fixes avant de pouvoir percevoir des encaissements qui sont le plus souvent tardif. Là également une renégociation annuelle des clauses et modalités du contrat est prévue.

Le découvert donc est ce qui correspond le mieux à des fluctuations de décalage entre recettes et dépenses tout au long de l’année. Il vous permet de remédier à ces décalages de trésorerie tout en vous permettant de vous acquitter de vos charges fixes et sans perturber les délais d’exploitation. Les agios à payer et les conditions de résiliation de contrat sont les mêmes que ceux concernant les facilités de caisse.

L’escompte

Ce crédit professionnel à court terme est un mode de financement du poste client. Si lors d’une ou de plusieurs de vos transactions avec vos clients, certains négocient un délai de paiement et présentent comme garantie de créance une lettre de change, il vous est possible de négocier un financement équivalent et immédiat auprès de votre banquier.

Pour ce faire, la lettre de change doit être établie en bonne et due forme, stipulant l’échéance et le montant du règlement et mettant en évidence l’acceptation de l’accord par le client. Ceci vous permet d’atteindre une trésorerie plus positive en terme de liquidité et ce comparativement aux crédits à court terme préalablement cités. Ainsi, il revient au dirigeant de choisir les créances clients qu’il préfère escompter en fonction de la situation de sa trésorerie. L’avantage est que ces créances ne sont pas comptabilisables sur votre bilan car ayant été soumises à une cession à la banque.

Pour profiter de ce crédit, la banque fait payer différents types de frais comme des :

  • Commissions pour remise de bordereau d’escompte
  • Commissions sur les divers effets figurant dans le même bordereau d’escompte
  • Intérêts calculés selon un taux préalablement fixé

Toutes ces commissions et d’autres, doivent obligatoirement être détaillées dans le contrat d’escompte négocié avec votre banque. La modification ou résiliation de contrat est sujette aux mêmes conditions antérieurement citées.

L’affacturage

Il s’agit aussi d’un mode de financement du poste clients. L’affacturage consiste à céder ses créances clients à un organisme financier en contrepartie de quoi ce dernier devra renflouer la trésorerie en liquidités équivalentes et immédiatement accessibles. Il incombera par la suite à l’organisme en question de s’assurer des opérations de recouvrement auprès des clients. Toute entreprise dans tous secteurs d’activités confondus peut avoir recours à ce genre de crédit à condition qu’elle ait affaire à une clientèle d’entreprises. L’affactureur ou l’organisme financier avec lequel vous allez vous engager pour un contrat d’affacturage fixera avec vous les conditions de vente de vos factures.

L’affacturage présente comme avantage majeur de percevoir le montant des factures à partir de leur émission, sans devoir attendre aucune échéance et de retrouver ces liquidités directement accessibles dans votre trésorerie. Le dirigeant délègue de la sorte tous les soucis inhérents au suivi de paiement de facture et d’impayés ainsi que de recouvrement des clients qui reviennent ainsi à la charge de l’affactureur.

Votre poste client n’en paraît que plus solide et fiable. Sans oublier le gain de temps qui se dégage de cette transmission de la part du boulot la moins agréable et que vous pourrez consacrer à assurer la bonne marche de votre entreprise sur d’autres plans.

L’affactureur monnaie cependant le risque entrepris lors de ces opérations et quantifie le coût des recouvrements assurés. Il prélève donc des commissions d’affacturage (frais de gestion, frais de relance, frais de recouvrement…) ainsi que des commissions de financement (avance de trésorerie). Le dirigeant se doit aussi de contribuer à un fond de garantie destiné à couvrir le risque des factures impayées. Cette contribution correspond à un pourcentage du montant de chaque facture et doit être stipulé dans le contrat.

Ainsi, pour financer votre trésorerie à court terme, sachez évaluer les avantages et inconvénients de chaque crédit proposé pour juger de leur adéquation avec votre situation.

Et vous, lequel de ces crédits correspond le mieux aux besoins et à l’activité de votre entreprise?

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61