Label RGE : définition, comment, pourquoi, combien ?

Juridique et certifications • Publié le vendredi 19 décembre 2014, mis à jour le mercredi 14 juin 2017

Avec la mise en place, pour l’année 2015, du crédit d’impôt pour la transition énergétique, qui remplace le crédit d’impôt développement durable, il sera obligatoire de faire appel à un artisan labellisé RGE pour obtenir les aides de l’Etat, y compris l’éco-prêt à taux zéro. Dans ce contexte, il est plus que jamais important d’obtenir le label RGE pour récupérer des contrats dans un contexte tendu.

Label RGE et éco-conditionnalité des aides

En 2015, il sera très difficile à un artisan non labellisé RGE d'obtenir des contrats de rénovation et même des petits contrats ponctuels de remplacement de fenêtres, de chauffage ou d'isolation. Et pour cause : ce n'est qu'en faisant appel à un professionnel labellisé RGE que les particuliers auront droit au crédit d'impôt de 30% sur le montant de leurs travaux ou à l'éco-prêt à taux zéro. Il est donc primordial, pour garantir sa compétitivité, d'obtenir ce label si convoité.

Combien coûte le label RGE ?

Le coût d'obtention du label RGE pour une entreprise varie selon les organismes certificateurs et le nombre de personnes formées. En effet il faut compter en moyenne, en plus des formations préalables, parfois obligatoires, souvent fortement conseillées, environ 300€ HT pour déposer la demande. A ce coût il faut généralement ajouter les frais d'audit (entre 400€ HT et 500€ HT le plus souvent) au bout de 2 ans. Les formations quant à elles coûtent plus ou moins cher selon l'organisme de formation. Mais dans l'ensemble, il existe au moins deux modules de formation quasiment indispensables : les modules Feebat 1 et 2 qui coûtent chacun 400€ HT par personne.
Dans le cas d'une entreprise qui ne ferait former qu'une seule personne (le référent technique obligatoire pour obtenir le label RGE), il faut compter sur un budget minimum de 1 100€ HT.

Quels sont les labels RGE ?

Il existe plusieurs labels RGE qui dépendent à la fois des organismes certificateurs et des domaines d'activité des professionnels concernés. Ainsi, certaines certifications Qualif'Elec, concernant donc les professionnels du génie électrique, détiennent la mention RGE. Il s'agit des qualifications Qualif'Elec (installations électriques, chauffage, ventilation et climatisation, mention RGE). La CAPEB est également en mesure de délivrer une certification labellisée RGE, la certification Eco Artisan. La FFB délivre quant à elle le label pros de la rénovation énergétique. Du côté de Qualit'ENR, ce sont les différentes qualifications qui conviennent au label RGE : Quali'Sol, Quali'Bois, Quali'PV et Quali'PAC. Enfin, Qualibat délivre également une mention RGE spécifique.

Comment obtenir le label RGE ?

La procédure d'obtention du label RGE dépend beaucoup de la structure que vous avez choisie, ou de celle dont vous dépendez. Mais d'une manière générale, il faut commencer par se renseigner auprès de l'organisme certificateur sur les éventuelles formations obligatoires ou conseillées. Effectuer les formations puis envoyer son dossier de candidature en veillant bien à respecter point par point les référentiels fournis par l'organisme en question.



Vous avez une question sur votre activité ? Fabrice vous répond ! 


Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61