Création d’entreprise : 3 erreurs fréquentes à éviter

Création d’entreprise : 3 erreurs fréquentes à éviter

Gestion d'entreprise • Publié le dimanche 18 mai 2014

Le processus de création d’entreprise peut s’apparenter à un chemin plein d’embûches. Avoir un retour sur expérience d’autres entrepreneurs qui ont déjà vécu une ou plusieurs aventures entrepreneuriales peut s’avérer être un excellent moyen pour éviter les écueils. Apprendre des erreurs des autres est une démarche que tout jeune entrepreneur se doit de suivre pour réussir la création de son entreprise. Dans cet article, Petite-Entreprise.net vous propose de revenir sur les 3 erreurs les plus fréquentes à éviter lors de la création d'une entreprise.

Sous-évaluer les charges financières

Les erreurs les plus fréquentes durant le processus de création d’entreprise sont généralement en rapport avec une mauvaise planification du projet. En effet, plusieurs entrepreneurs sous-évaluent les charges financières nécessaires à la création de l’entreprise et au démarrage de l’activité. C’est ainsi, que ces derniers, oublient de prendre en compte les besoins en fonds de roulement. Le besoin en fonds de roulement, se justifie par le délai entre l’instant où l’on effectue les dépenses et celui de la perception des recettes. S’il s’agit par exemple d’une société de vente de marchandises, l’entrepreneur se doit de constituer un stock, ce qui génère des dépenses préliminaires à la vente et donc à l’encaissement des recettes. Il existe une formule pour calculer le besoin en fonds de roulement : BFR = La valeur des stocks minimum nécessaires pour assurer l’activité + la valeur moyenne des créances clients  – la valeur moyenne des dettes Pour une entreprise en création, le calcul des stocks moyens, des créances moyennes ou des dettes moyennes se fait d’une manière empirique. Voilà pourquoi il est difficile d’évaluer d’une manière précise le BFR. Plusieurs entrepreneurs conseillent même de le surévaluer pour se prémunir contre des retards ou des défauts de paiement. Autre erreur fréquemment commise par les jeunes entrepreneurs consiste à confondre chiffre d’affaires et rentabilité. Souvent ces derniers ont du mal à dissocier ces deux notions totalement différentes. Ils ne se doutent pas qu’ils peuvent se retrouver en situation de cessation de paiement même en dégageant 50% de marge, s’il ne prévoient pas un fonds de roulement suffisant. Afin d’éviter ce genre de situation il est conseillé de mettre en place un plan de trésorerie qui récapitule les encaissements et les décaissements de façon quotidienne. S’il existe des erreurs qui peuvent mettre en péril la santé financière d’une entreprise, il existe aussi des erreurs stratégiques qui peuvent menacer son existence.

Ne pas mettre en place une stratégie claire

Il est important avant de se lancer dans le processus de création d’entreprise, de mettre en place une stratégie précise et claire, notamment, des prévisions de croissance. En effet, certains entrepreneurs échouent, non pas parce qu’ils ne réussissent pas à développer leur activité, mais parce qu’ils ont cherché à croître trop vite. Ainsi, une activité qui se développe de manière très rapide, n’a pas que des avantages. En effet, l’entrepreneur dont l’activité se développe d’une manière plus rapide que prévu, peut très vite se retrouver avec une trésorerie insuffisante. Par exemple, une croissance très rapide implique des besoins en ressources humaines plus importants que prévu, donc des charges sociales plus conséquentes. Un autre risque lié à une croissance rapide, l’entrepreneur peut ne pas avoir assez de temps pour former son personnel et se trouver dans l’impossibilité de déléguer une partie de ses tâches. De plus, grisé par un développement accéléré de son chiffre d’affaires, il peut être tenté de recruter plus de personnel qu’il n’en a réellement besoin. Une autre erreur fréquemment commise par les entrepreneurs, est de ne pas utiliser les moyens de financement appropriés, d’où l’intérêt de mettre en place un plan de trésorerie bien ficelé. En effet, durant le processus de création d’entreprise ou durant les premiers mois d’activité, l’entrepreneur peut effectuer des achats très lourds pour son budget. Financer ses achats par les liquidités disponibles à court terme peut engendrer des difficultés de trésorerie. Il est donc conseillé dans ce cas, de financer ses achats par des ressources à moyen ou long terme comme par exemple un prêt bancaire. Par analogie, pour les dépenses à court terme, il est plus approprié de les financer par des ressources à court terme. Si certains entrepreneurs négligent de bien ficeler leurs plans de financement, d’autres mettent leur projets en péril en négligeant le côté commercial.

Démarches commerciales inadéquates ou insuffisantes

Quelque soit le modèle économique d’un projet, la fonction commerciale est essentielle. En effet, il n’est pas suffisant d’avoir un bon produit ou service pour répondre aux besoins des clients et pour que l’affaire fonctionne. Voilà pourquoi il est primordial de ne pas négliger la stratégie commerciale durant le processus de création d’entreprise. Plusieurs entrepreneurs se laissent noyer par leurs tâches quotidiennes et négligent l’aspect commercial qui est pourtant crucial pour la pérennité de toute activité. Des démarches commerciales insuffisantes peuvent avoir un effet catastrophique sur l’activité, notamment, une dépendance économique à un seul gros client. Un autre facteur de défaillance dans la stratégie commerciale est le manque de compétences commerciales. Beaucoup d’entrepreneurs pensent que l’aspect commercial est surtout une affaire de tchatche et oublient qu’ils doivent avant tout bien écouter leurs clients pour savoir répondre à leurs besoins. Afin d’éviter de prendre ces risques, certains créateurs d’entreprise anticipent et sous-traitent une partie de leurs démarches commerciales, notamment les relances clients. D’autres prennent le temps d’apprendre et suivent des cycles de formation ou prévoient le recrutement d’un commercial dès le début. Il est donc primordial de prévoir des démarches commerciales efficaces et suffisantes et d’être en mesure de comprendre les besoins de ses clients pour assurer la pérennité de son activité. La phase d’étude et de construction de projet est une phase cruciale dans le processus de création d’entreprise. S’il ne prend pas le temps de bien ficeler tous les aspects de son projet, un entrepreneur peut très vite se retrouver dans des situations difficiles et parfois insurmontables. Des outils simples comme un tableau de bord ou un plan de trésorerie constituent des moyens efficaces pour éviter plusieurs erreurs et anticiper les difficultés. Dans cet article nous avons essayé de détailler et d’attirer l’attention des futurs entrepreneurs sur trois erreurs fréquentes du processus de création d’entreprise. Il en existe certainement beaucoup d’autres, n’hésitez pas à les partager et à enrichir cet espace.
 
Quelles sont selon vous les autres erreurs à éviter ?

Publicité

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61