Charges sociales en Europe : où en est-on ?

Gestion d'entreprise • Publié le lundi 23 décembre 2013, mis à jour le mardi 16 avril 2019
Charges sociales en Europe : où en est-on ?
Une étude internationale menée en partenariat par la Banque Mondiale et le cabinet d’étude PwC s’est intéressée à la fiscalité des entreprises. Au menu : charges sociales et impôts. Alors, en Europe, où en sont les charges sociales et les impôts des entreprises ?

L’Europe, la France et le reste du monde

Contre toute attente, l’étude révèle que les entreprises européennes sont globalement moins ponctionnées que leurs homologues d’Amérique du Nord ! Il apparaît par ailleurs que, sans surprise, ce sont les pays du Moyen Orient qui, grâce au pétrole, chargent le moins les entreprises.
Mais les taux ne font pas tout. L’étude révèle également que les administrations de tous les pays sont affreusement lourdes et demandent aux entrepreneurs une énergie folle pour débourser ! En effet, la moyenne mondiale du temps passé par les entreprises à remplir les différentes déclarations d’impôts est de… 268 heures par an, soit presque 40 jours de travail de 7h ! Et là, la France sort son épingle du jeu puisqu’il y « suffit » de 132 heures en moyenne, soit presque 50% de moins.
Question impôts, la moyenne mondiale se situe à un peu plus de 43% du résultat commercial, alors qu’en France la moyenne est de 64,7%, ce qui place la France en 53ème position (sur 189).

La France en Europe

C’est là que ça se gâte, surtout au niveau des charges sociales. Car en effet, si la France n’est que 53ème au niveau mondial (il y a donc pire ailleurs…), elle arrive en 2ème place du podium en Europe, juste derrière l’Italie, qui, elle impose les entreprises… à plus de 65% de leur résultat.
Quant aux charges sociales, la France arrive (fièrement ?) en 1ère position avec un taux de charges sociales sur les salaires compris entre 52% et 60%. L’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre et la Suisse se situent derrière avec respectivement un taux de charges sur salaire de 40%, 38%, 22% et 14%.
En ce qui concerne l’impôt sur les sociétés, la France et la Belgique sont bonnes premières avec un taux à 33% environ (mais avec le taux réduit en France pour la part de bénéfice inférieure à 38 200€, ce qui n’est pas le cas en Belgique). Vient ensuite l’Angleterre avec un taux d’IS à 23% mais avec un taux réduit à 20% pour les PME. L’Allemagne impose elle les bénéfices à presque 16% et, évidemment, la Suisse est loin derrière avec un taux à 8,5%...
Mais, et c’est d’ailleurs ce que rappelle un avocat à la Cour de Paris, cette différence de taux de charges sur salaires et d’IS donne lieu également à des variations de BIP (Bonheur Intérieur Personnel). Car les pays où les charges et les impôts sont les moins élevés, ont également des prestations sociales très réduites : en Angleterre, en Allemagne et en Suisse de nombreux services, publics en France et en Belgique, sont payants… et chers !

Et Depardieu dans tout ça ?

Une petite conclusion en forme de plaisanterie pour redonner le sourire aux entrepreneurs qui se sentent pressurés : la Belgique n’est pas le paradis des entreprises, loin de là, comme on le voit avec ces chiffres. Par ailleurs, son taux d’IRPP est compris entre 0% et 50% (plus d’éventuels bonus en fonction des communes de résidence) alors qu’en France il est entre 0% et 45%. Mais l’impôt sur la Fortune n’existe pas en Belgique…

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61