Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Devenir consultant en entreprise : sous quelle forme ?

Publié le mercredi 9 avril 2014

Les métiers de consultants en entreprise se développent considérablement depuis quelques années et nombreux sont les cadres ou anciens chefs d’entreprise qui se lancent sur le secteur pour donner un second souffle à leur carrière. Mais pour devenir consultant, quelle forme choisir ? Indépendant ? Franchisé ? Via le portage salarial ? Faisons le point.

Le consultant en entreprise indépendant

C’est bien sûr le statut le plus répandu. Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un statut mais plutôt d’une modalité. En effet, on désigne par consultant en entreprise indépendant un consultant qui a créé sa propre société sous un nom commercial propre ou en nom propre. Ils peuvent avoir créé leur entreprise sous plusieurs formes :

  • EURL : la SARL unipersonnelle. Un peu lourde formellement et un peu plus coûteuse mais témoignant d’un investissement personnel. Ceci peut apporter un bénéfice lors d’une approche commerciale : l’EURL dégage une impression de solidité et de fiabilité plus importante qu’une EI par exemple. En outre, cette structure offre la possibilité de s’ouvrir, plus tard, à des associés.
  • EI/EIRL : l’entreprise individuelle classique ; celle des libéraux. Facile à créer, peu coûteuse à la création comme au fonctionnement et offrant une certaine souplesse, c’est sans doute la forme juridique la plus utilisée par les consultants indépendants.
  • Auto-entrepreneur : une alternative possible, notamment au début. En effet, le plafond de 32 900€ annuels peut vite être dépassé si vous obtenez rapidement des missions intéressantes.

Ces trois formes offrent chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Le statut d’auto-entrepreneur est intéressant au début d’un point de vue personnel mais peut donner une mauvaise image. L’EURL ou la SARL rassurent les clients mais sont plus lourdes à créer et à gérer et plus coûteuses. L’EI semble donc la solution la plus équilibrée pour devenir consultant en entreprise indépendant.

À noter : si vous avez beaucoup d’expérience, et donc la possibilité de facturer des prestations élevées, vous pouvez opter pour la SASU qui vous garantira le statut de gérant salarié. En fin de carrière, cette option n’est pas à négliger.

Le consultant franchisé

Rappelons une chose : le consultant en entreprise franchisé est également indépendant au sens comptable du terme. En effet, pour devenir franchisé en consulting d’entreprise, il faut créer son entreprise. Ici encore, il est possible d’opter pour l’EI bien que l’EURL/SARL se présente, pour le coup, comme une alternative également pertinente.

La grande différence quand on devient consultant franchisé, c’est que l’on bénéficie de l’appui de l’enseigne sous laquelle on se rallie. Communication mutualisée, bénéfice d’image, de notoriété, rencontres avec d’autres franchisés, soutien méthodologique et marketing à la création et sur le long terme : les avantages d’être consultant franchisé sont les mêmes que pour toutes les créations sous franchise. La contrepartie ? Le coût. Il faut prévoir le droit d’entrée et/ou la redevance dans ses prévisionnels.

epanouir-professionnellement

Le portage salarial pour devenir consultant

Depuis quelques années s’est développée une modalité à part pour exercer en tant que consultant en entreprise : le portage salarial. Le principe est que le consultant effectue les démarches commerciales, de communication, de négociation, et les missions, mais ce n’est pas lui qui encaisse les prestations. C’est une société de portage qui encaisse les sommes dues qu’elle reverse au consultant après avoir prélevé une commission et réglé des cotisations sociales et patronales.

L’avantage de cette forme est que le consultant a le statut de salarié tout en étant relativement indépendant. C’est une modalité d’exercice particulière mais qui présente de nombreux avantages.

Si vous voulez devenir consultant en entreprise et que vous vous interrogez sur les modalités juridiques à choisir, n’hésitez pas à solliciter l’aide de Petite-Entreprise.net : nous vous mettrons en contact avec un expert proche de chez vous.

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article