Offre gratuite réservée aux créateurs et dirigeants d'entreprise basés en France

fiches pratiques

Financement - Trésorerie - Prévisionnel


M'abonner à la newsletter

La trésorerie nette (TN)

Fiche Pratique publiée le Jeudi 26 janvier 2012
Trésorerie nette

La gestion d’entreprise demande de maîtriser un certain nombre de concepts de comptabilité. Parmi eux, la trésorerie nette est sans doute l’un des plus importants. En effet, vous avez sans doute dû entendre de nombreuses fois l’adage voulant qu’en gestion d’entreprise « la trésorerie est le nerf de la guerre ». Or, il faut savoir distinguer la trésorerie nette de la trésorerie « en caisse ». Nos explications.

Rappel sur les fondamentaux : fonds de roulement et besoin en fonds de roulement

Tout chef d'entreprise ou créateur d'entreprise a déjà croisé ces deux concepts phares de la comptabilité : le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. Proches linguistiquement et comptablement, ces deux concepts posent généralement des problèmes aux entrepreneurs.

Pour résumer, on peut définir ces notions de la manière suivante :

  • Le fonds de roulement (FR) représente l'excédent de ressources stables, après le financement des investissements. Les ressources stables sont issues des capitaux propres et des emprunts, majoritairement. C'est le FR qui finance le BFR.
  • Le besoin en fonds de roulement (BFR) correspond au besoin de financement du cycle d'exploitation. Il se calcul en ôtant les dettes fournisseurs de la somme des stocks et des créances clients. En d'autres termes, c'est l'argent qui doit être disponible pour faire face aux charges courantes en tenant compte des règles d'encaissement et de décaissement.

Par exemple, vous avez un stock de 50 (valeur), des créances clients de 100 et des dettes fournisseurs de 50. Votre BFR est de 100. Votre fonds de roulement devra donc être au minimum de 100.

La question de la trésorerie nette

Dans l'exemple ci-dessus, vous disposez, en caisse, de 100. Mais cette somme n'est pas « disponible » : elle doit servir à financer votre BFR, c'est-à-dire à assurer les charges courantes (salaires, loyers, etc.). C'est ce que l'on appelle de la « trésorerie passive » : elle existe mais est susceptible d'être soldée à tout moment. La trésorerie nette c'est ce qui reste une fois que l'on ôté le BFR du FR. C'est un excédent de trésorerie qui est par conséquent réellement disponible dans la mesure où il n'est pas destiné immédiatement à financer quelque chose. C'est la « trésorerie active ».

Le calcul de la trésorerie nette est donc le suivant :

TN = FR – BFR

Vous le voyez, l'écueil pour un chef d'entreprise est de croire que ce qu'il a en banque constitue sa trésorerie. Il n'en est rien. Pour connaître exactement sa trésorerie active et éviter des dépenses qui grèveraient sa rentabilité, il est capital de savoir calculer la trésorerie nette, seul indicateur de la capacité de l'entreprise à financer un achat imprévu à un moment donné.

Le principe est donc de calculer dès le départ, et aussi souvent que nécessaire, le BFR et de faire à chaque changement de situation le point sur le FR. Ce n'est qu'ainsi que l'on peut avoir une gestion saine du budget de son entreprise.

Si vous avez des questions sur les notions de FR, BFR et trésorerie nette, n'hésitez pas à demander les conseils d'un expert-comptable via notre service de mise en relation rapide.





Note de cette Fiche Pratique :
6.0 sur 10 note basée sur 13 évaluations.

Notez cette Fiche Pratique :




Vous aimez cette fiche ? Partagez-la !
J'en veux + tout de suite !

Conseillers & fournisseurs
pour créateurs et PME

Je contacte un pro à proximité



Les questions et les commentaires des internautes
    Aucun commentaire

Réagissez, posez vos questions :

Nous recevons de multiples commentaires qui sont tous validés par Prospérine. Nos correspondants sont là pour répondre à vos demandes, n'hésitez pas à les solliciter !