Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 24h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 24h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Faire un tableau de bord de gestion : quelques conseils

Publié le mardi 10 octobre 2017
Face à la multitude et à la complexité des informations qui lui parviennent en continu, le chef d’entreprise a d’abord et avant tout besoin de clarté, de simplicité et de synthèse. Le tableau de bord de gestion condense les données les plus essentielles en un petit groupe d’indicateurs-clés soigneusement sélectionnés.

Qu’est-ce qu’un tableau de bord de gestion ?

Un tableau de bord de gestion peut se définir comme un outil de pilotage et de suivi de la performance, au service du chef d’entreprise et des cadres dirigeants. Il présente sous un format synthétique, graphique et facilement lisible – deux pages maximum – une série d’indicateurs stratégiques et essentiels pour la bonne santé économique de l’entreprise. La nature de ces indicateurs (volumes des ventes, trésorerie, état des stocks, masse salariale, carnet de commandes…) est bien sûr susceptible de varier en fonction du secteur d’activité de l’entreprise et des priorités qu’elle se fixe pour son développement.

Pour être efficace, un tableau de bord de gestion suppose une véritable implication du chef d’entreprise dans la phase initiale de conception. L’outil devra être ensuite régulièrement alimenté et mis à jour selon une périodicité pertinente et convenue à l’avance, par exemple tous les mois, toutes les semaines voire tous les jours selon la volatilité des indicateurs retenus.

Bien loin d’un outil abstrait et technocratique, le tableau de bord de gestion peut avoir au contraire une importance vitale pour détecter très vite les dangers ou – au contraire – les opportunités qui guettent l’entreprise. Il permet entre autres d’anticiper une baisse du chiffre d’affaires, d’optimiser le fonds de roulement ou les stocks, d’augmenter les chances de décrocher un contrat en or, etc…

Définir les objectifs et les besoins de l’entreprise

Tout tableau de bord de gestion d’une entreprise se doit d’avoir une finalité clairement définie. Il peut s’agir bien sûr d’assurer un suivi de long terme sur les performances générales et la situation budgétaire de la société, mais aussi par exemple de faire croître le chiffre d’affaires, de piloter le lancement d’un nouveau produit, d’améliorer l’efficience d’une chaîne de production, de redresser le taux de satisfaction de la clientèle, de raccourcir les délais de livraison…

On distingue généralement les tableaux de bord selon leur horizon temporel. Les tableaux de bord immédiatement mobilisables pour le suivi de l’activité au jour le jour font partie de la famille des tableaux dits « opérationnels ». Les tableaux « prospectifs », à l’inverse, sont quant à eux plus adaptés à une stratégie de long terme. Par souci de clarté, évitez de mélanger les genres dans un seul et même outil, et privilégiez au besoin la rédaction de deux tableaux différents !

Sélectionner les indicateurs-clés

Vous ne pourrez inclure que certains des nombreux indicateurs ou éléments statistiques dont vous êtes abreuvé en permanence. Un choix est donc nécessaire ! Sachez qu’il existe plusieurs types d’indicateurs : quels que soient les objectifs retenus avec votre équipe, il est recommandé d’inclure au moins quelques indicateurs de chacune de ces catégories pour réaliser un bon tableau de bord :

  • Les « indicateurs de performance » ou KPI (key performance indicators) sont les plus utilisés et servent simplement à mesurer le niveau d’atteinte des différents objectifs que vous avez définis. Il peut s’agir du chiffre d’affaires, du parc clientèle total, du délai moyen de réponse du service après-vente, etc…
  • Les « indicateurs de pilotage » se concentrent davantage sur le processus que sur l’objectif : ils peuvent vous indiquer le niveau d’avancement d’un plan stratégique ou de la conception d’un nouveau produit, par exemple.
  • Les « indicateurs d’efficience » vous permettent d’éviter le gaspillage, et de maximiser le rendement de votre entreprise par rapport aux ressources dont elle dispose (productivité des salariés, taux de produits défectueux en sortie de chaîne…).
  • Il vous est enfin possible de rajouter des « indicateurs de qualité », qui sont souvent les plus difficiles à chiffrer. Des enquêtes de satisfaction ou une étude des réclamations adressées au SAV peuvent vous aider à élaborer des indicateurs pertinents en la matière.


Kelly Balsat avait des problèmes de gestion, elle a demandé de l'aide à un expert : 


Publicité

Soyez le premier à commenter cette article