Nous soutenons les créateurs et patrons de petites boîtes avec :

Les fiches pratiques
+ de 6000 pages en libre accès

Des milliers de fiches conseils, actualités, conseils d’experts disponibles en libre-accès.

Fiches pratiques

Le Répertoire National des Professionnels du Conseil

+ de 2000 conseillers d’entreprise prêts à vous accompagner dans toute la France.

Répertoire du Conseil

SOS Patron®
Prise en charge en 1h

Une demande urgente ? Une solution de proximité existe : nous la trouvons en moins d’1 heure.

SOS Patron®

Question / réponse
Réponse de PRO en 1h

Des experts répondent à vos questions dans un délai de 1h maximum.

Question réponse
Fermer
Le 1er service d'aide aux dirigeants 250 000 demandes depuis 2007 - Gratuit et sans engagement

Trouver le bon mode de financement pour votre PME

Publié le lundi 14 décembre 2015, mis à jour le mercredi 10 octobre 2018
Si les banques restent les principales pourvoyeuses de fonds des PME, que ce soit pour la création ou le développement avec un peu plus de 370 milliards d’euros prêtés aux PME françaises en 2014, il existe une grande variété de modes de financement des entreprises. Crowdfunding, levées de fonds, apports personnels, « love money » : tour d’horizon des modes de financement pour soutenir votre PME ou votre projet de PME.

Multiplier les modes de financement

Le premier des conseils que l’on peut donner c’est qu’il est préférable de multiplier les sources de financement. En effet, en multipliant les sources de financement, on limite sa dépendance aux différents investisseurs et on se libère de la marge de manœuvre. C’est aussi un bon moyen de contourner la frilosité éventuelle de certaines banques, notamment si le projet présente un certain degré de risque. Enfin, multiplier les sources de financement peut également permettre d’intégrer des associés qui ont une bonne connaissance du business et/ou de la gestion, du commerce, ce qui peut être très intéressant pour avancer : la dilution de son pouvoir de gouvernance peut parfois avoir des effets positifs !

Le « love money » et les apports personnels

C’est bien souvent le premier mode de financement sollicité par les créateurs d’entreprise et par les dirigeants qui cherchent des fonds pour développer leur activité ou financer un investissement. Proches, amis, fonds personnels (par utilisation de l’épargne ou souscription d’un prêt personnel) sont généralement les premières sources de financement de PME.

Et s’il s’agit d’une bonne solution, il ne faut pas en négliger les risques : d’une part, les prêts des proches restent des prêts qu’il faut rembourser, d’autre part un défaut de remboursement de ces prêts peut provoquer des tensions personnelles qu’il vaudrait mieux éviter pour pouvoir se concentrer sur son business. Enfin, dans le cas où les apports des proches sont importants, ces derniers peuvent vouloir devenir associés et donc prendre part aux décisions de gestion, ce qui peut être assez risqué !

Le « love money » doit donc être utilisé certes, mais avec parcimonie, pour éviter les problèmes à moyen terme.

Les business angels et autres investisseurs

Effectuer une levée de fonds auprès d’investisseurs ou de business angels est une excellente solution pour financer sa PME. En effet, ces derniers sont généralement des dirigeants d’entreprise ou des spécialistes de l’investissement dans les entreprises et ils ont une grande expérience de la gestion d’entreprise. Ainsi, plus que de simples investisseurs, ils peuvent devenir de véritables conseillers pour vous aider à développer votre business.

Le crowdfunding

Le crowdfunding est enfin une des solutions les plus récentes de financement des PME qui se distingue sur plusieurs aspects. D’une part, le crowdfunding permet de débloquer plus facilement des fonds assez importants dans la mesure où la prise de risque est diluée, répartie sur plusieurs investisseurs. Chaque « backer », c’est-à-dire chaque investisseur, ne prend en charge qu’une partie de votre besoin de financement et est donc plus disposé à prêter. La dilution du risque évacue le problème rencontré avec les banques qui peuvent être frileuses.

En outre, certaines plateformes de financement participatif intègrent également les avantages de la levée de fonds dans la mesure où l’apport des investisseurs se traduit par une prise de participation au capital.

Vous le voyez, le principe est donc de cumuler les modes de financement, notamment lorsque les besoins sont importants : une partie en crowdfunding ou business angels par exemple (pour limiter la dilution de votre pouvoir de décision) et une partie en financement bancaire (les banques étant plus disposées à prêter si les sommes sont moindres).

Publicité

Soyez le premier à commenter cette article