Reprise d'entreprise - Business Plan de reprise

Comme tout projet entrepreneurial, la reprise d’entreprise demande l’élaboration d’un business plan solide et détaillé qui servira à la fois de tableau de bord initial pour le repreneur d’entreprise mais aussi de document d’analyse de la rentabilité et de la pertinence du projet pour les investisseurs éventuels (banquiers, business angels, etc.). Or, un business plan de reprise d’entreprise comporte des spécificités qu’il est capital de prendre en compte pour que le document soit utile et fiable. Nos conseils.

Présentation du projet

C’est évidemment, comme pour tout business plan, le premier point à élaborer. Vous devez vous présenter, votre parcours, votre expérience et vos motivations pour reprendre l’entreprise. Cette partie permet de présenter rapidement le projet de reprise dans les grandes lignes et de montrer la fameuse adéquation homme/projet. Rien d’exceptionnel ici, c’est un élément commun à tous les business plans.

Modalités de reprise

On entre là dans le vif du sujet. Vous devez ensuite présenter les modalités de la reprise de l’entreprise à vendre. Cela passe par la réponse aux questions suivantes :

  • Rachat du fonds de commerce ou des titres sociaux (parts sociales ou actions) ? Location-gérance ? etc.
  • Rachat seul ou avec des associés ?
  • Quel est le montage juridique qui permet la reprise ?
  • Achat en direct ou via une holding ? Une société existante ?
  • Quelles sont les modalités d’accompagnement avec le cédant ?

Non seulement les réponses à ces questions détermineront de nombreux points (notamment le prévisionnel financier et le plan de financement) mais permettront en plus aux destinataires du business plan de reprise de mieux appréhender le projet dans son fonctionnement.

Présentation de la société cible de la reprise

Ici encore, le business plan de reprise se distingue du business plan classique de création d’entreprise. Car il va sans dire que la « photographie », le « portrait » de l’entreprise que vous envisagez de reprendre tient alors une place prépondérante pour la détermination de la pertinence du projet. En outre, ce bilan prouve que vous connaissez l’entreprise cible et que vous en maîtrisez tous les aspects.

Vous devez donc détailler :

  • L’historique de l’entreprise,
  • Son organisation,
  • Son activité,
  • Sa clientèle (dans le détail si possible : composition du portefeuille, ancienneté de la relation client, etc.),
  • Ses moyens d’exploitation,
  • Ses forces et faiblesses

Etude de marché

Evidemment, comme dans tout plan d’affaires, vous devrez intégrer à votre business plan de reprise une étude de marché. Mais dans le cas d’une reprise, cette étude de marché est en réalité double :

  • Une étude du marché générale : par exemple, le marché du prêt à porter haut-de-gamme
  • Une étude de marché spécifique : toujours le marché du prêt à porter haut-de-gamme, mais localisé (quelle zone de chalandise, quelle notoriété locale, quels clients, l’emplacement, etc.)

Bilan financier

Dans cette partie, vous n’êtes toujours pas dans la prospective mais bien dans la rétrospective, le bilan. En effet, toujours pour expliquer votre intérêt pour cette entreprise en particulier et montrer la pertinence de votre choix, vous devez établir un bilan financier de l’entreprise visée.

Vous devez donc produire :

  • Une analyse des trois derniers bilans,
  • Une analyse de la situation au moment de la reprise,
  • Une analyse du CA et de son évolution,
  • Une analyse des ratios financiers et de leurs évolutions,
  • Une analyse de la structure financière et de son évolution.

Et pour ce faire, souvenez-vous que vous trouverez sur Petite-entreprise.net toutes les informations dont vous aurez besoin concernant ces différents aspects. En outre, en cas de besoin, vous pouvez toujours utiliser notre service de mise en relation rapide pour en discuter avec un expert.

Présentation de votre stratégie de développement

Vous arrivez enfin à votre projet dans le détail technique. Une fois la rétrospective effectuée, vous allez pouvoir faire de la prospective. En effet, encore une fois, d’une part cela vous permet de faire le point sur vos objectifs et les moyens que vous avez développés pour les tenir, d’autre part cela les explique aux destinataires du business plan ! Vous devez toujours garder en tête cet aspect du business plan de reprise: il sert autant d’outil de pilotage que d’argument pour convaincre des investisseurs.

Vous devez donc présenter :

  • Vos projets d’aménagement du point de vente et de signalétique,
  • Votre stratégie de communication,
  • Votre stratégie de management,
  • Votre stratégie de gestion des ressources humaines,
  • Votre stratégie marketing.

Ce dernier point est capital. Vous devez en effet faire le point sur le positionnement marketing actuel de l’entreprise sous tous ses aspects: quels produits répondent à quels besoins? Quelle politique de prix ? Quel positionnement par rapport à la concurrence ? Et les évolutions que vous souhaitez apporter à ce positionnement marketing.

Prévisionnel financier

C’est évidemment le point final de votre business plan de reprise, celui qui énumère par le détail non seulement vos besoins, mais aussi vos ressources, la composition de vos recettes et le moment où vous atteindrez l’équilibre, le point mort, ce fameux seuil de rentabilité. Pour cela, votre prévisionnel financier doit comprendre:

  • Le détail des besoins en financement : achat de l’entreprise, frais d’avocat/comptable/notaires/etc., stock (à reprendre et/ou à constituer), travaux, etc.,
  • Le détail des ressources: apport personnel, emprunt bancaire, prêt d’honneur, etc.,
  • Le détail du besoin en fonds de roulement,
  • La présentation du seuil de rentabilité,
  • Un compte de résultat prévisionnel,
  • Votre capacité d’autofinancement explicitement présentée,
  • L’indispensable plan de trésorerie (qui va de pair avec le seuil de rentabilité),
  • Le plan de financement.

Souvenez-vous d’une chose: le plan de trésorerie est sans doute l’un des éléments les plus importants de votre prévisionnel financier. Il montre que vous avez pris en compte toutes les charges fixes et variables de l’entreprise, que vous connaissez les lois d’encaissement et de décaissement et que vous avez une vue sur votre besoin en fonds de roulement. Et si c’est important, c’est parce que dans une entreprise «la trésorerie est le nerf de la guerre».

Vous avez soif d'informations ?

En vous inscrivant à notre newsletter, vous serez abreuvés de connaissances tous les vendredis soirs !

Voir un exemple de newsletter »

VALPOLIS SARL - 10 Grand Rue, 68280 LOGELHEIM - info@petite-entreprise.net - 03 68 61 61 61